Après l’Adbocker, l’Adstealer

Alors que les Adblockers font régulièrement la Une de l’actualité de la pub, voici maintenant "l’Adstealer" : un code caché qui remplace et ajoute des publicités dans la navigation web. Cette pratique franchit la ligne jaune.

Remplacer les espaces publicitaires des autres

Après avoir lancé notre extension cet été et obtenu un peu de couverture médiatique, nous avons été démarchés par une régie publicitaire cotée en bourse. Pourtant, nous n’avons que quelques milliers d’utilisateurs et notre modèle est anti-pub, dans la lignée des AdBlockers. Alors, pourquoi cet intérêt ? Après un échange téléphonique avec cette régie, voici le mail que je reçois :

“Bonjour Maarten,

Je suis ravie de faire votre connaissance. Comme convenu, je vous envoie les exemples de la publicité que font nos clients. En général, il existe deux façons de diffuser de la publicité avec les extensions :

1. Vous mettez les bannières au-dessus des emplacements publicitaires qui existent déjà sur les sites. (...) Comme par exemple ici. On voit notre publicité sur les pages de LinkedIn et Leboncoin :



La deuxième façon de le faire c’est d’ajouter les emplacements pub supplémentaires :


Je suis à votre disposition,
Cordialement,
XXXX XXXXX
"


En résumé, cette régie me propose d’ajouter une option malware à nos extensions navigateur, quelques lignes de code afin de :

  • remplacer les publicités des éditeurs avec celles de leur régie, qu’on pourrait appeler Ad-Stealer
  • ajouter de nouvelles publicités, sorte d’Ad-Spreader

Google Chrome a réagi depuis longtemps en expulsant les extensions dénoncées par ses utilisateurs. Mais pour les dénoncer il faut les reconnaître, or cela est impossible à moins de connaître les publicités normalement affichées.

Un glissement imprudent

Les frontières entre optimisation et tromperie sont parfois floues dans les pratiques publicitaires : native adverstisingtrafic gonflémanœuvres sur les classements Nielsen, suppression des avis consommateurs gênants, etc. Ce contexte peut favoriser une perte de repère sur les lignes jaunes à franchir ou ne pas franchir. Le culot et le manque de prudence de cette régie dans le cas présent sont néanmoins assez surprenants.

Annonces Google