Paiement mobile, objets connectés, réalité virtuelle, 5G, le Mobile World Congress 2016 au-delà de la téléphonie mobile

Si le marché de la téléphonie mobile reste attractif et dynamique, il semble être arrivé à maturité comme l’a montré la récente étude de Gartner : la croissance du marché du smartphone en 2015 a régressé au niveau de 2008.

Les stars de cette édition 2016 sont le Galaxy S7 et le LG G5, talonnés par le Xperia X de Sony. Homogène en termes de technologies, l’offre se différencie par les fonctionnalités proposées (légèreté, étanchéité, reconnaissance digitale et faciale, etc.)

Paypal et Mastercard encore plus proches des opérateurs

Le développement du paiement numérique sur les terminaux mobiles offrant de nouvelles perspectives aux secteurs bancaires et du commerce, les grands acteurs mondiaux du paiement étaient bien entendu représentés au Mobile World Congress.

PayPal a par exemple choisi le salon pour annoncer son arrivée sur Facebook Messenger et Uber, ainsi que de nouveaux partenariats avec les opérateurs de services mobiles Vodafone et America Movil. Visa a annoncé le lancement d’un service de paiement spécifiques aux constructeurs automobiles :un bouton de paiement relié à une application qui détecte par exemple le niveau du plein d’essence qui vient d’être effectué ou calcule la durée de stationnement et son montant. Mastercard, le groupe international de cartes bancaires, a présenté son nouveau système de paiement basé sur la reconnaissance faciale (paiement par « selfie »), mais également sur la lecture des empreintes digitales, pour authentifier les transactions en ligne par carte bancaire effectuées depuis un mobile.

Les grandes entreprises technologiques (Samsung, Google) ne sont pas non plus en reste et poursuivent leur recherche de solutions adaptées au paiement mobile. Des partenariats stratégiques sont d’ailleurs réalisés entre les opérateurs téléphoniques et des compagnies bancaires afin d’assurer des moyens de paiements sécurisés.

Les équipementiers parient sur la réalité virtuelle

La réalité virtuelle ou augmentée a fait cette année son apparition sur de nombreux stands comme celui de Samsung - qui a fait sensation avec la démo de parc d’attraction présentée sur le Gear VR 3D Theater ou encore celui de HTC, avec son casque de réalité virtuelle Vive. De fait, la RA/RV est une des applications qui justifie une très faible latence dans un contexte d’utilisation live et elle est donc utilisée par les équipementiers et opérateurs pour démontrer l’intérêt de la 5G dans des contextes de prototypage pré-5G justifiant des débits de transmission très importants (proches de 10Gbps). Pour autant, on ne peut pas nécessairement en conclure que le MWC est devenu le salon de la RA/RV ou que ce marché soit enfin prêt à décoller : les contenus démontrés restent souvent peu convaincants (faible définition des images, jeux ou immersions peu inventives). A noter tout de même une démonstration de concert en RV avec son spatialisée sur le stand de Nokia qui donne une bonne idée de ce que nous pourrons vivre depuis notre salon dans les années qui viennent.

 

Omniprésentes en 2015, les montres connectées se sont faites discrètes cette année. En revanche, objets connectés et IoT s’affirment comme LA grande tendance de l’édition 2016. Des moyens de transport (voitures, motos, vélos, ski…) aux animaux domestiques, en passant par les applications domotiques, agricoles ou urbaines, l’IoT est affiché partout. Un grand nombre de start-up étaient présentes au salon pour tenter de conquérir certains marchés de niche délaissés par les grands groupes.

Certaines solutions présentées n’ont rien d’innovant et s’appuient sur des technologies existantes comme le bluetooth Low Energy, déjà déployé depuis plus de deux ans.

Le grand laboratoire de la 5G

Si la 5G (re)devient une affaire de spécialiste, les démos présentées au MWC correspondent au rythme de la standardisation en cours au sein du 3GPP, à savoir celui d’une évolution continue et incrémentale avec des releases successives prévues en 2016, 2017 et 2019.

Parmi les principaux messages diffusés pendant le salon, la release dite 13 du 3GPP (mars 2016) permet déjà des annonces sur le NB-IoT (Narrow-Band IoT) avec deux évolutions de la norme : le NB-LTE (Narrow-Band LTE) et l’EC-GSM (Extended Coverage GSM, évolution de la 2G). Celles-ci ont d’ailleurs été démontrées avec des pré-implémentations chez INTEL, Qualcomm, Nokia, Huawei et EricssonSelon les acteurs, l’un ou l’autre est mis en avant, les deux avec une promesse d’extension de couverture (rayon de couverture d’une cellule multiplié par 7). Une évolution intermédiaire largement mise en avant consiste également à renforcer la convergence et coexistence entre systèmes LTE et WiFi, soit en utilisant les bandes non licenciées pour y déployer une extension de couverture LTE (solutions LAA « Licensed Assisted Access ») ; soit en agrégeant les deux accès (Aggregation LTE/WiFi).

Quant à la la release 14, elle sera essentiellement liée à l’évolution de la partie RAN (Radio Access Network), ce nouveau RAN devant être opérationnel sur un cœur de réseau 4G LTE.

Une release 15, attendue pour 2019, définira les évolutions du cœur de réseau 5G, quitte  à bouger les lignes entre RAN et cœur de réseau. La 5G devra être flexible aux usages et services  et s’adaptera aux contraintes de latence, débits, mobilité, consommation énergétique.

 

En conclusion, malgré des signaux forts martelés auprès du grand public sur l’IoT et la RA/RV, cette édition 2016 du MWC anticipe l’avènement prochain de la 5G et réaffirme le rôle des spécialistes, équipementiers, fournisseurs et opérateurs, qui ont démontré de réelles avancées technologiques dans le domaine. Cette nouvelle génération devra s’accompagner d’une réduction du coût des infrastructures télécoms impliquant l’appropriation des technologies de virtualisation par les fabricants de matériel notamment.

 

Mobile World Congress / IoT