Curation de contenus : la révolution dans les médias d'information

Les agences de presse traditionnelles sont dépassées par les flux d'information de toutes provenances. Des start up, nombreuses, se positionnent sur le créneau pour offrir des plateformes multisources. Lors du GEN summit, rassemblant des professionnels des médias du monde entier qui s'est déroulé mi-juin, leur présence était massive.

Les médias d'information disposaient jusqu'à récemment de sources bien identifiées, les agences de presse comme l'AFP, Associated Press ou Reuters, pour les plus importantes d'entre elles. Mais l'avènement des blogs, des publications personnelles et bien entendu des réseaux sociaux a bouleversé cet équilibre. Chaque minute 211 millions de contenus sont publiés sur le Web.

Et maintenant l'extraction de données

Pour un journaliste professionnel, beaucoup de cette information n'a pas d'intérêt. Mais une partie d'entre elle en a. Tout d'abord en terme de réactivité. Il est désormais rare que les agences de presse soient les premières à annoncer une nouvelle. Une petite étude empirique sur les 20 informations les plus populaires sur le Web et sur une journée, nous a montré que la source originale de ces informations provenait à 80% des médias et seulement 10% d'agences de presse. Chiffre implacable. La seule valeur ajoutée qui reste aux agences de presse est la fiabilité. 

Une agence ne diffuse une information que si elle a pu la vérifier. En théorie, car on a vu depuis quelques années des entorses à cette rigueur. Même sur ce terrain, des acteurs comme Storyful (rachetée en 2015 par le groupe Newscorp) se positionnent pour vérifier les informations et contenus générés par le public et ensuite les mettre à disposition des journalistes.

Fortes de ce constat, de nombreuses start-up se sont lancées depuis quelques temps sur le créneau des plateformes de contenus pour les médias d'information. Et la concurrence est forte. Il était frappant de voir lors du dernier GEN Summit (conférences sur l'innovation dans le journalisme) qui se déroulait à Vienne en Autriche du 15 au 17 juin, que les start up présentes les plus nombreuses étaient celles-là. Leurs noms sont évocateurs : Ezyinsights, X-News, Storyzy, Content Insights, Storyful, Red Bull content... Et elles ne sont pas les seules.

Toutes proposent des outils de curation de contenus collectés sur le Web. Certaines incluent même les flux des agences de presse traditionnelles aux côtés de tweets, de posts de blogs ou d’articles ou vidéos publiées sur des sites de médias. Déjà, de grands médias les utilisent comme FoxNews aux Etats Unis ou Le Parisien, 20 minutes ou Radio France en France.  

Ces nouveaux modes de distribution des contenus d'information aux professionnels sont encore expérimentaux et beaucoup de journalistes ne les ont pas adoptés, mais il y a fort à parier qu’ils s’imposeront. L’étape suivante consistera à entrer dans ces contenus et d’en extraire des données pour faciliter encore plus le travail journalistique et lui faire gagner en productivité. C’est que fait Storyzy par exemple, en extrayant les verbatims et les entités que contiennent les articles d’information et en les classant pour les retrouver plus facilement. 

Etats-Unis / Innovation