Les stades connectés seront-ils plus fréquentés ?

Chaque événement sportif, qu’il soit international ou national, est l’occasion de repenser la modernisation des équipements pour satisfaire les attentes des supporters, des spectateurs, des sponsors, des médias et autres partenaires.

Les Jeux Olympiques de 2016 et l’Euro 2016 ont permis d’innover et de franchir les premières étapes dans l’engagement d’une transition numérique, et les infrastructures des Jeux Olympiques de 2018 devraient aller encore plus loin.

Les stades souvent vieillissants ont été repensés ces dernières années et ont vu les choses en grand avec de nouvelles places à la clé. Néanmoins, ces investissements ne sont pas toujours rentabilisés, à l’image du nouveau stade niçois qui peine à se remplir. Les causes expliquant cette baisse de fréquentation sont nombreuses : la qualité des matchs proposés bien entendu, le contexte sécuritaire, mais également une offre proposée qui n’est plus en adéquation avec ce que recherche le spectateur. Assister à l’évènement en tribune ne suffit plus, il souhaite y vivre des expériences uniques. Parmi les axes d’amélioration, les spectateurs souhaiteraient une meilleure restauration et un temps d’attente restreint aux buvettes[1].

En effet, les Français sont de plus en plus nombreux à suivre le sport en ligne (53%) et sur leur mobile (30%). De plus, le live streaming d'événements sportifs est désormais un mode de consommation de sport puisque 44% de fans de sport l’utilisent aujourd’hui (contre 30% en 2013), 42% regardent des résumés des matches en vidéo (vs 32%) et 38% regardent des vidéos d'actualités sportives (vs 30%)[2]. Ainsi, l’hyperconnectivité implique de plus en plus souvent que différentes offres de streaming, de vidéo à la demande, ou de visionnage sur des appareils connectés (smartphones, tablettes…) soient choisies au détriment d’un déplacement au stade ou à un événement sportif.

La problématique est donc de savoir comment optimiser l’expérience du supporter pour qu’il choisisse de se déplacer au stade, et qu’il soit assez satisfait pour revenir. Les opérateurs de stades, accompagnés d’intégrateurs systèmes et d’équipementiers prennent donc le problème à bras le corps afin de proposer des enceintes sportives du futur – ou stades connectés – afin d’offrir aux spectateurs une expérience enrichie, grâce aux nouvelles technologies.

Stades du futur : les 4 piliers d’un stade connecté

Dans les stades, la couverture réseau a longtemps été un problème : impossible d’envoyer ou de recevoir des messages, ou de se connecter à internet avec son téléphone portable. Aujourd’hui, les stades sont de plus en plus nombreux à s’équiper et chaque structure rénovée se construit avec ces nouveaux critères : le wifi HD est disponible gratuitement au Stade de France notamment et l’Allianz Riviera de Nice dispose même d’un réseau 4G. La couverture wifi à haute densité couvre dorénavant les principales zones du stade pour le personnel opérationnel, les équipes et les médias, mais aussi pour l’affichage vidéo et les publicités animées.

Les nouvelles technologies, dont l’Internet des Objets, au service d’une expérience unique

Pour répondre à la consommation grandissante du smartphone par les fans de sports, la plupart des stades ont développé de nouvelles applications et de nouveaux services. En effet, les fans peuvent désormais se servir d’applications, notamment celles des stades, pour éviter les files d’attente au guichet, s’orienter pour se rendre au stade ou encore faire appel à des services de covoiturage et de transport. Ils peuvent aussi participer à des paris en ligne. D’autres applications permettent de commander de la nourriture et des boissons et d’être livré à sa place dans les gradins comme l’app Digifood, lancée en 2015, qui livre les supporters de rugby, football ou basket, directement à leur place dans les stades de Paris, Lyon et Marseille. Les fans peuvent également revoir instantanément des actions en vidéo HD et accéder en temps réel à des statistiques et contenus supplémentaires sur leur mobile pendant qu’un événement se déroule en direct sous leurs yeux. Des applications facilitent également le partage de contenus sur les réseaux sociaux et vont réveiller le commentateur qui sommeille en eux.

L’expérience du fan s’enrichit également grâce à l’apport de contenu à valeur ajoutée. Quel fan n’a jamais souhaité connaître les statistiques en temps réel de chacun des joueurs. Ce suivi en temps réel passe par le déploiement de capteurs et de balises, tandis que des outils d’analyse du comportement des spectateurs facilitent la gestion de l’événement, de la sécurité et des opérations commerciales. Ces informations constituent le carburant permettant d’alimenter des interactions plus proches entre un stade et les supporters, à travers la conception et la monétisation de nouveaux services pour une expérience enrichie pour les spectateurs. Le stade des Lumières, construit récemment à Lyon, est un des premiers à s’être équipé d’outils connectés : grâce à l’application du stade, des données telles que la composition des équipes, les fautes des joueurs, les cartons rouges etc. sont disponibles en temps réel.

En dépassant l’expérience des spectateurs, celles des sportifs, des entraineurs mais aussi des commentateurs se voient transformées : pour le Tour de France par exemple, l’A.S.O. a combiné l’IoT et la technologie cloud avec l'analyse des données en temps réel. Il est désormais possible d’obtenir des données sur chaque coureur cycliste individuellement telles que leur vitesse, la distance entre les coureurs, la composition des pelotons, la vitesse et le sens du vent, ainsi que les conditions météorologiques du moment.

Enfin, une plateforme innovante est actuellement à l’essai : les équipements IoT du stade permettent d’anticiper divers problèmes techniques grâce au recueil des données en temps réel, l’analyse des réseaux sociaux permet de créer de l’engagement avec le spectateur, enfin, des offres promotionnelles dans les boutiques et les buvettes sont proposées en temps réel (selon les mi-temps lors d’un match ou les files d’attente par exemple), générant ainsi du chiffre d’affaires additionnel.

Des infrastructures numériques ouvrant la voie à toutes les possibilités

Aucune technologie intelligente et connectée ne peut être mise en œuvre en l’absence d’infrastructure numérique. Au-delà de l’infrastructure comprenant le réseau local (LAN), sans fil (WLAN) ainsi que la couverture Wi-Fi, les stades ont besoin de s’équiper au même titre qu’une entreprise, afin d’être à la hauteur des services proposés. Ainsi, grâce à l’appui de partenaires technologiques, ces derniers vont ainsi devoir récolter, stocker et analyser ses big data grâce à une infrastructure réseau de pointe : le cloud et le datacenter pour stocker les données, des solutions d’analytiques pour les analyser. L’infrastructure numérique est un composant critique qui permettra aux opérateurs de stades de se différencier de leurs concurrents et de recevoir des événements majeurs (finales de tournoi, par exemple) au lieu de se contenter de rencontres de moindre importance.

La sécurité, pour prévenir des incidents

La sécurité des supporters est une priorité pour les opérateurs de stade. Si la plupart des stades sont à présent équipés de systèmes de vidéosurveillance, ceux-ci peuvent être associés à des technologies de reconnaissance faciale pour repérer les comportements suspects, ou encore à des capteurs sur les sièges délivrant des informations aux stadiers, pour qu’ils puissent ensuite se répartir pour gérer les files d’attente et les mouvements de foule. Le principal objectif de ces technologies est en définitive la gestion des menaces physiques et numériques, et la possibilité de fournir des canaux de liaison avec la police et les autorités locales en cas d’incident.

Une solution gagnant-gagnant pour les opérateurs de stades et les supporters

Les solutions intégrées qui sont développées aujourd’hui comprennent la conception et le déploiement des autres équipements IoT et réseaux de transmission, ainsi que des applications complémentaires telles que la gestion de la sécurité. Grâce au regroupement de toutes les données recueillies, les opérateurs peuvent ainsi prendre leurs décisions en temps réel et offrir aux fans des services connectés spécifiques (billetterie, voyage, orientation, accès à des statistiques et contenus supplémentaires, achats…), pour une expérience complète. Toutefois, pour atteindre une solution optimale, il est essentiel de pouvoir disposer d’une infrastructure qui englobe des possibilités de sauvegarde et d’analyse des données recueillies, et de mesurer le potentiel du cloud pour héberger cette infrastructure.

Les sports vécus en direct suscitent davantage d’opportunités d’engagement que toute autre forme de contenu. Un stade connecté offre la possibilité de créer les voies de cet engagement, en collectant des données sur les attentes des supporters afin d’augmenter les recettes et la fréquentation, et ainsi optimiser les investissements.

[1] Selon une étude réalisée en ligne par TNS Sofres pour VINCI Stadium du 3 au 16 septembre 2014.

[2] Selon la 4ème étude annuelle "Know the Fan - Le rapport sur la consommation du sport dans les médias 2014" de Perform Group, en partenariat avec Kantar Media et Sport Business.

Streaming / Smartphone