Les 9 nouveautés business à suivre dans iOS 11

iOS 11 est enfin disponible. A côté des fonctionnalités grand public, le dernier OS mobile d'Apple introduit plusieurs nouveautés qui devraient avoir impact business et marketing direct.


 

 
1 / Un nouvel App Store
 
Sans attendre son dixième anniversaire, Apple a en effet profité d'iOS11 pour dévoiler un nouvel App Store, totalement redessiné, avec un nouvel onglet "aujourd'hui" permettant la mise en avant quotidienne d'une nouvelle application, mais également un onglet "Jeux", dédié aux jeux vidéo. Au sein des applications, Apple  propose une nouvelle catégorie regroupant les applications proposant de la Réalité Augmentée. Ces nouveautés auront un impact sur "l'App Store Optimisation", cette discipline visant à maximiser les téléchargements d'une application depuis un store. 
 
2 / Un nouveau départ pour la Réalité Augmentée
 
Après le faux départ des Google Glass et le succès surprise de Pokémon GO, la Réalité Augmentée semble enfin être en mesure de toucher le grand public. Le nouvel App Store accueille en effet déjà plus d'une dizaine d'applications de Réalité Augmentée telles que Night Sky, Magic Plan ou encore Monster Park, permettant d'enrichir son champ visuel d'étoiles, de plans ou encore de dinosaures. Toutes ces applications, parfois payantes, s'appuient sur ARkit, le kit de développement d'Apple, et sont théoriquement accessibles depuis plus de 400 millions de terminaux compatibles, iPhone, iPod et iPad, contre une centaine de millions pour l'ARCode de Google.
 
3 / Un nouveau Siri ouvert aux applications tierces
 
Lancé en 2011 avec l'iPhone 4S, Siri doit désormais faire face à la concurrence d'autres assistants proposés par Microsoft, Google ou Amazon. Outre l'abandon du partenariat avec Bing au profit de Google et une meilleure capacité d'apprentissage des noms propres, le nouveau Siri s'ouvre désormais officiellement aux développeurs tiers. Concrètement, n'importe quel développeur pourra intégrer la technologie vocale d'Apple dans sa propre application ou lui proposer des commandes spécifiques, ce qui devrait permettre aux développeurs d'applications d'expérimenter de nouvelles interactions avec les utilisateurs, notamment depuis la Watch, l'Apple TV ou le futur HomePod, l'enceinte connectée d'Apple.
 
4 / Un nouveau contrôle biométrique avec Face ID
 
Quelques années après avoir démocratisé à grande échelle le contrôle biométrique des empreintes digitales avec Touch ID, Apple a dévoilé Face ID, une technologie biométrique de reconnaissance du visage pour iOS11 et limitée au futur Apple X. Utilisée aussi bien pour le contrôle d'accès au smartphone que pour sécuriser des applications tierces de paiement, Face ID aurait un taux d'erreur de 1 pour 1 million, contre 1 pour 50 000 pour Touch ID, ce qui devrait séduire les éditeurs d'applications plaçant la sécurité au premier rang de leurs préoccupations.
 
5 / Apple Pay Cash
 
Après le paiement au sein d'une application ou le paiement sans contact dans un point de vente, Apple Pay, la solution de paiement d'Apple, devrait très prochainement être enrichie d'une capacité P2P, permettant d'envoyer de l'argent à ses proches à travers iMessage, son logiciel de messagerie. Concurrent de PayPal ou encore de Lydia, le nouveau Apple Pay Cash facilitera le remboursement entre amis ou le transfert d'argent, entre des parents et des enfants, qui pourront utiliser cet argent, sur iPhone, iPad, iPod ou Apple Watch, pour leurs propres dépenses… sous réserver d'utiliser Apple Pay.
 
6 / Business Chat, un chatbot pour iMessage
 
Un an après l'offensive de Facebook dans les chatbots sur Messenger et alors que Google cherche encore à convaincre les opérateurs du monde entier de s'unir autour de la technologie RCS, Apple se lance à son tour en dévoilant sa propre interface conversationnelle : Business Chat. Encore en "developer preview", Business Chat permettra aux développeurs, ne souhaitant pas nécessairement développer une application, de se limiter à une interface conversationnelle au sein de iMessage, la messagerie d'Apple. La "conversation" pourra permettra de commander un billet de train, de réserver un rendez-vous chez le coiffeur ou encore de trouver un revendeur pour un produit. Les possibilités sont infinies.
 
7 / Apple Maps et la localisation in-door
 
Longtemps dépendant de la cartographie de Google, Apple a décidé de disposer de ses propres "plans". Son application Apple Maps, désormais proposée par défaut sur l'ensemble de ses terminaux, devrait prochainement intégrer la localisation intérieure de grandes infrastructures comme les aéroports ou les centres commerciaux. Dans un premier temps limitée aux Etats-Unis, cette fonctionnalité facilitera le géoréférencement de boutiques, quel que soit le terminal utilisé (Watch, iPhone, …) ou l'interface choisie (texte, vocal, AR, …).
 
8 / Un nouveau départ pour le QR Code
 
Apparu au Japon à la fin des années 90, le QR Code a connu un premier âge d'or avec le téléchargement de logos et sonneries depuis des pages de magazines. Un temps oubliée, cette interface permettant de saisir une information depuis la caméra du smartphone, a connu un retour en grâce pour identifier les membres d'une messagerie comme WeChat, Snapchat ou Messenger. Pragmatique, Apple a décidé d'intégrer par défaut la reconnaissance des QR codes grâce à la caméra d'iOS11. Cette fonctionnalité permettra d'ouvrir une URL dans Safari, de télécharger une application, d'être mis en relation avec un autre utilisateur d'iMessage mais également d'amorcer un "Business Chat" avec une marque.
 
9 / Un meilleur contrôle de données personnelles
 
Parallèlement à toutes ces nouveautés, qui devraient ouvrir de nouvelles opportunités aux développeurs, Apple a également durci sa politique en matière de données personnelles. Pour les applications, Apple est plus vigilant en matière de collecte des données de géolocalisation et imposera désormais une barre bleue et anxiogène, au moment de la localisation de l'utilisateur par l'application. Mais la firme de Cuppertino lance également Intelligent Tracking Prevention, une technologie réduisant drastiquement la collecte de cookies au sein de Safari 11, le navigateur par défaut de l'iPhone. Les éditeurs de sites web mobiles cherchant à analyser la navigation de leurs utilisateurs pourront a priori continuer d'utiliser des cookies First Party, pour une durée limitée à 30 jours, mais devront sans doute privilégier des environnements loggués ou progressivement basculer dans l'univers applicatif, en utilisant les IDFA, les identifiants publicitaires conçus par Apple.

Microsoft / Etats-Unis

Annonces Google