Apple en discussion avec les mutuelles sur les données médicales des assurés

Apple a pris contact avec deux grandes mutuelles américaines pour imaginer comment celles-ci pourraient utiliser les données de santé que fournira bientôt sa solution HealthKit.

Utiliser la technologie pour suivre de plus près nos données physiologiques et améliorer notre santé ? Incontestablement, une véritable avancée. Reste à savoir comment ces données sont utilisées, ou plutôt par qui. Apple, qui sortira cette année la solution de tracking HealthKit et développe ses propres "wearable devices", a en effet pris contact avec deux mutuelles américaines, UnitedHealth et Humana. Bloomberg, qui révèle l'information, ne précise pas le détail de leurs conversations mais ajoute que certaines sociétés demandent déjà à leurs salariés d'utiliser ces devices.

Ainsi, British Petroleum propose à ses salariés de mieux les assurer s'ils contrôlent leur santé à l'aide d'un bracelet Fitbit, l'idée étant pour la société pétrolière d'obtenir de meilleurs tarifs auprès de sa complémentaire santé. Côté assureurs, UnitedHealth, Humana, Cigna et Highmark ont tous les quatre développé des programmes pour intégrer à leurs politiques les possibilités offertes par les wearable devices. De là à forcer la main des salariés et à les mettre sous surveillance, il n'y a qu'un pas. Et côté fabricants, Bloomberg ajoute que Samsung, Jawbone et iHealth Lab ciblent également les employeurs. La France n'est pas en reste, puisque comme le rappelle Numerama, Axa a déjà imaginé de conditionner certains avantages à l'utilisation de Pulse, le podomètre connecté de Withings.

Etats-Unis / Apple