"Une application mobile permet de changer l'expérience musicale"

L'artiste islandaise sortira un nouvel album enrichi par une dizaine d'applications mobiles sur iPhone et iPad. Le JDN l'a rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche.

JDN. Votre prochain album, "Biophilia" sera accompagné par pas moins de dix applications mobiles pour iPhone et iPad. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Björk. Dès que j'ai commencé à travailler sur cet album, j'ai cherché à en prolonger l'expérience par différents moyens. J'ai d'abord pensé à une exposition permanente dont chaque salle serait dédiée à une chanson de l'album, mais ça n'a pas marché. J'ai voulu réaliser un film avec Michel Gondry, mais nous avons mis ce projet entre parenthèses. En parallèle, je suivais depuis 2008 les rumeurs sur les projets de tablette d'Apple. J'avais déjà moi-même commencé à travailler avec des interfaces tactiles et dès que l'iPad est sorti j'en ai acheté un. J'ai réalisé qu'il s'agissait non seulement du meilleur moyen de permettre aux gens de visualiser ma musique, mais aussi de créer leur propre musique.

Je ne voulais pas faire dix chansons et proposer la même application à chaque fois, je voulais des expériences émotionnelles différentes qui permettent de jouer et transformer mes chansons, en interagissant avec des éléments tirés de la nature, comme des éclairs, la Lune ou des cellules organiques. Pour cela, j'ai travaillé avec sept développeurs d'applications, notamment avec Luc Barthelet (directeur exécutif du moteur de recherche Wolfram Alpha, il a également travaillé sur la série de jeux vidéo "Les Sims", ndlr). Nous avons développé dix applications, dont la première est déjà sortie (les autres seront progressivement proposées à partir de la sortie de l'album, prévue fin septembre, ndlr).


Pensez-vous qu'une application mobile peut permettre de pousser les gens à payer à nouveau pour de la musique ?

J'ai la chance de ne pas avoir à me concentrer sur l'aspect commercial de ma musique. Mon idée en faisant réaliser ces applications mobiles n'était pas de trouver un nouveau moyen de faire de l'argent. Je me souviens qu'au début des années 2000, la prise de conscience du piratage avait créé un état d'urgence au sein des maisons de disques, c'était comme la fin du monde. Je ne partageais pas cette vision apocalyptique. Les gens achèteront toujours de la musique. Et plus les gens téléchargent, plus ils recherchent à vivre une expérience musicale autrement qu'en écoutant un album dans leur salon. Je n'ai jamais vu autant de gens assister à des concerts ou des festivals depuis l'explosion du téléchargement. Je ne sais pas si ce concept d'app-album va être révolutionnaire, mais je pense que prolonger une chanson avec une application mobile va changer l'expérience que les gens ont de la musique.

 

Développer une application coûte cher et vous en avez fait réaliser dix. Combien a coûté ce projet ? Pensez-vous pouvoir le rentabiliser ?

Je n'ai aucune idée de ce qu'elles ont pu coûter, mais une chose est sûre, je n'avais pas assez d'argent pour cela. Nous avons rencontré les développeurs, commencé à travailler ensemble, mais nous n'arrivions pas à trouver des financements. Tout le monde nous disait que ce projet mettrait trop de temps à être réalisé. Finalement, ce sont les développeurs d'applications eux-mêmes qui ont accepté d'investir pour développer ces programmes. En échange, nous nous répartirons les revenus à parts égales (la première application, "Biophilia" est gratuite, mais propose un achat intégré facturé 1,59 euro pour télécharger les contenus liés à la première chanson, ndlr). Cela me rappellera ma période punk, où j'avais l'habitude de tout partager.



Björk Guðmundsdóttir est une musicienne, chanteuse, compositrice et actrice islandaise. Après des collaborations dans différents groupes durant les années 1980, elle débute une carrière solo en 1992. En 2000, elle incarne le personnage principal et compose la bande originale du film "Dancer in the Dark" de Lars Von Trier, pour lequel elle reçoit la même année le prix d'interprétation féminine lors du Festivale de Cannes. "Biophilia" est son onzième album solo.