Internet comme cinquième pouvoir : de l'opinion imposée à l'opinion libre

Internet en 2049 : maîtres ou esclaves du numérique ? Le JDN publie chaque jour en avant-première un extrait du livre de Benoît Sillard et vous propose de partager votre vision de l'Internet en 2049.

Iran, 20 juin 2009 : le pouvoir est contesté dans la rue, les journalistes sont muselés. Lors d'une manifestation durement réprimée, une jeune femme (Neda Agha-Soltan) est abattue. Des manifestants réalisent photos et vidéos qui sont immédiatement diffusées sur le net, avec Facebook et YouTube comme premiers relais, puis les blogs et enfin les médias. Elle sera vue des centaines de millions de fois. Neda est devenu le symbole de toutes les victimes des oppressions politiques. Mais c'est le téléphone portable et Internet qui en ont fait un symbole, et non plus les médias traditionnels. Depuis, les révolutions dans les pays arabes ont amplement confirmé cette évolution.

La communication est au cœur du pouvoir en même temps que des réseaux, comme l'observe Manuel Castells, sociologue de l'université de Berkeley : "Les réseaux de communication sont les réseaux fondamentaux pour la fabrique du pouvoir dans la société." Et il souligne l'importance d'Internet, qui est devenu le moyen principal de la communication humaine où convergent tous les anciens et nouveaux médias : "La construction du sens peut seulement procéder d'une préservation du bien commun formé par les réseaux de communication, rendu possible par l'Internet, une création libre des amoureux de la liberté." Dans tous les pays soumis à la censure et à la répression de régimes autoritaires, Internet et l'ensemble des réseaux numériques constituent des horizons d'émancipation.

Dans les régimes plus libéraux, les grandes libertés démocratiques d'opinion, d'expression et de réunion connaissent une seconde jeunesse avec Internet. Jamais les individus ne se sont autant exprimés comme en témoigne le succès foudroyant des outils participatifs et contributifs que sont les blogs, les wikis, les tweets et les réseaux sociaux.

La construction de l'opinion publique se trouve bouleversée : on assiste à une crise des intermédiaires traditionnels qui fabriquaient jadis les représentations dominantes de la société.

Les médias one to many (radio, presse, télévision) faisaient la part belle à la "parole dominante" de l'intellectuel, de l'expert, du journaliste..., qualifiée de "pensée unique" par leurs détracteurs, Par ailleurs, ces médias étaient sous contrôle étatique ou commercial, concentrés et en faible nombre, donc avec une moindre compétition pour l'accès à la vérité des faits et une moindre diversité des points de vue exprimés. Or l'Internet contributif et les moyens de production numérique démocratisés (texte, audio, vidéo) permettent aux multitudes citoyennes de s'exprimer directement, de commenter l'actualité, de poser leurs problèmes concrets et de commencer à imaginer des solutions nouvelles. "We the media", selon la formule très parlante de Dan Gillmor.

Comme l'a montré Jürgen Habermas dans ses travaux classiques, nos démocraties délibératives se sont construites autour d'un espace public, d'abord "bourgeois" puis "communicationnel" car orienté par de grands médias. Or Internet construit sous nos yeux un espace public d'un genre tout à fait nouveau, à la fois local et mondial, fondé sur la possibilité de participation de chaque individu depuis un point donné du réseau, une information pouvant être répliqué des millions de fois si elle coïncide avec un événement d'intérêt pour ses réplicateurs. Le professeur de Harvard Yochai Benkler a souligné la portée de cette révolution numérique dans le domaine des libertés :

"L'effet le plus fondamental et probablement le plus durable de l'Internet porte sur la pratique culturelle de la communication publique. Internet permet aux individus d'abandonner l'idée d'un espace public principalement bâti sur des déclarations stéréotypées prononcées par un petit groupes d'acteurs socialement appelés 'les médias' (nationalisés ou commerciaux) et distincts de la société, afin d'évoluer vers un ensemble de pratiques sociales où chacun peut prendre part au débat [...] les individus peuvent mener leur vie en collectant les observations et en se forgeant des opinions tout en étant conscients qu'elles constituent de réelles évolutions dans un débat public plus large, plutôt qu'une simple matière à rêverie."

Les médias avaient été désignés comme le quatrième pouvoir politique, s'ajoutant à l'exécutif, au législatif et au judiciaire. Internet est devenu le "cinquième pouvoir" (Thierry Crouzet), bien plus puissant encore du point de vue de l'opinion publique, capable de surveiller les dérives du pouvoir politique, mais aussi bien des autres pouvoirs présents dans toute société. Les entreprises, par exemple, savent bien que leur image de marque – et au-delà leur succès marketing ou leur valorisation boursière – peut être à tout moment atteinte par la révélation d'un "scandale" lié à une corruption, une malversation, une pratique anti-humanitaire ou une activité contraire au souci affiché de développement durable.

En conférant aux individus et aux réseaux d'individus une parole libre, Internet bouleverse donc les conditions d'exercice du pouvoir que nous avions connues à toutes les époques antérieures. La démocratie d'opinion imposée par des intermédiaires reconnus devient une démocratie d'opinion libérée, où tous les individus et tous les groupes ont une même liberté d'accès à l'espace public de communication.

Participez au débat : Quels seront les prochains bouleversements de la communication politique par Internet ?

 

 

Participez au livre Maîtres ou Esclaves du numérique. Quels seront les prochains bouleversements de la communication politique par Internet ? Utilisez les commentaires Facebook ci-dessous pour partager vos avis avec votre réseau.

Maîtres ou esclaves du numérique / Internet en 2049