Nouvelles technologies : ces secteurs qui vont générer des milliards

Nouvelles technologies milliards McKinsey Internet des objets, cloud ou impression 3D... McKinsey vient de publier un rapport dans lequel il détaille les 12 technologies disruptives qui vont révolutionner les usages.

Le cabinet de conseil en stratégie, McKinsey, s'est essayé à l'exercice toujours difficile de la boule de cristal, en tachant dans son rapport, "Disruptive technologies: Advances that will transform life, business, and the global economy ", d'identifier les technologies susceptibles de bouleverser le visage de l'économie de demain.

L'organisation identifie ainsi 12 technologies disruptives dont nombre d'entre elles ont, sans surprise, une prise direct avec le monde de l'Internet. Sont ainsi cités : l'Internet mobile, l'Internet des objets (le thème de LeWeb 12), le cloud, la robotique avancée, l'automatisation des connaissances et du travail, les véhicules automatisés, les génomes nouvelle génération, le stockage d'énergie, l'impression 3D, les matériaux avancés, la recherche avancée d'essence et de pétrole et les énergies renouvelables. Autant de technologies qui pourraient avoir un impact estimé entre 14 et 33 milliards de dollars par an, dès 2025, en créant de la valeur et révolutionnant les usages.

Parmi eux donc, l'internet mobile qui devrait bien sûr faciliter la délivrance des services, améliorer la productivité des travailleurs et, plus surprenant, pourrait permettre de réduire de 10 à 20% le coût de traitement des maladies chroniques en transformant le smartphone en outil de contrôle de la santé. Le big data, dont on a tant parlé cette année, viendrait alimenter l'automatisation du partage des connaissances et le cloud, deux domaines qui permettront d'accroître sensiblement la productivité des structures IT des entreprise (jusqu'à +20%). L'arrivée des voitures automatisées ferait, elle, chuter drastiquement le nombre de décès (entre 30 000 et 150 000 vies). 

mckinsey exhibit
Impact estimé des technologies clés sur l'économie de demain. © McKinsey

 

Internet des objets