L'iPhone ne serait pas si intéressant pour les opérateurs


Une étude danoise affirme que les contrats d'exclusivité imposés par Apple pour la distribution de l'iPhone seraient plus nuisibles que bénéfiques pour les opérateurs.

Les opérateurs ayant négocié l'exclusivité de l'iPhone ont-ils fait un pari risqué ? C'est ce qu'affirme une étude cabinet de consulting danois Strand. Selon l'étude, citée par "Le Monde", "aucun opérateur (distribuant l'iPhone, Ndlr) n'a augmenté sa part de marché, son chiffre d'affaire ou ses bénéfices grâce à l'iPhone (…) Au contraire, certains opérateurs, comme AT&T et SingTel, ont dû envoyer un avertissement sur résultat à cause de l'iPhone."

Le cabinet danois estime que, même si un client iPhone rapporte également plus qu'un autre à l'opérateur (lire l'article L'iPhone, une mine d'or pour Orange, du 05/02/2009), les accords d'exclusivités passés avec Apple obligent les opérateurs à sponsoriser largement le prix du téléphone. Il leur faut donc un long moment avant de rentabiliser leur investissement. Un pari d'autant plus difficile qu'Apple sort de nouveaux modèles tous les ans, et que les opérateurs sont obligés de subventionner les renouvellement s'ils ne veulent pas voir leurs clients partir chez un concurrent. Ainsi, rentabiliser l'exclusivité du smartphone devient encore plus dur lorsque cette exclusivité finit par tomber. Comme c'est le cas en France où Orange doit, depuis le printemps faire face à une concurrence accrue.

L'étude note aussi que l'iPhone ne permettrait pas de conquérir beaucoup de nouveaux abonnés. Chez l'américain AT&T, 70 % des abonnés iPhone ne sont pas de nouveaux clients mais ont choisi ce téléphone en renouvellement de contrat. Le scandinave TeliaSonera, qui a activement misé sur l'iPhone, n'a pas gagné de parts de marché malgré des campagnes agressives.

IPhone / Part de marché