Partager cet article

RSS
Journal du Net > Economie  > Le cours du maïs explose... les corn-flakes bientôt hors de prix ?
ENQUETE
 
15/03/2007

Le cours du maïs explose... les corn-flakes bientôt hors de prix ?

Le cours du maïs bat des records. La faute à un marché très tendu entre une offre en baisse et une demande sans cesse croissante. La tendance s'annonce longue : des champs à l'assiette, en passant par les réservoirs de biocarburants, la céréale va-t-elle devenir une denrée rare ?

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  
En 2006, la surface de culture de maïs a diminué aux Etats-Unis Photo © ONIGC

Aux Etats-Unis, comme en Europe, le cours du maïs n'en finit pas de grimper. Fin février, la céréale a atteint les 4,35 dollars le boisseau (environ 27 kilos) au Chicago Board of Trade. C'est deux dollars de plus qu'en septembre 2006. C'est aussi un nouveau record depuis 1996, quand le cours avait atteint 5,50 dollars. Une telle augmentation s'explique d'abord par un marché très tendu. Les stocks américains ont été revus à la baisse en janvier. Ils ne représentent plus que 6% de la consommation du pays, un ratio qui atteignait 20% un an auparavant. La baisse de ces réserves est liée à une récolte 2006 médiocre, selon les estimations du département américain à l'agriculture. De plus, les agriculteurs américains ont planté moins de maïs que précédemment. L'offre décline donc progressivement. Mais dans le même temps, la demande explose. En cause : la production de biocarburants qui augmente rapidement. Les raffineries américaines ont produit 5 millions de gallons de l'éthanol. La fabrication de ce biocarburant requiert aujourd'hui plus de 20% de la récolte américaine de maïs. Ce nouveau débouché vient concurrencer les utilisation traditionnelle de cette céréale, c'est-à-dire l'alimentation humaine et animale.

Manger (au Mexique) ou conduire (au Etats-Unis), il faut choisir

Les premières victimes de cette flambée du cours ont été les Mexicains. Constituée de maïs, la tortilla constitue l'aliment de base de la population mexicaine. Alors que son prix avait déjà grimpé de 16% en 2006, elle s'est encore renchérit au début de l'année. En trois ans, le prix de la tortilla a augmenté de 30%. Il faut dire que depuis qu'il a signé l'Accord de libre-échange des Amériques, le Mexique est devenu extrêmement dépendant des importantions de maïs depuis les Etats-Unis, à agriculture moderne et largement subventionnée. La tortilla est aux mexicains ce que la baguette est aux Français. La grogne populaire s'est vite transformée en manifestations, une véritable crise sociale qui a conduit le gouvernement a autoriser l'importation de 650.000 tonnes de maïs sans droits de douanes.

 

Le cours du maïs devrait encore augmenter dans les prochaines années Photo © ONIGC

Une hausse mondiale

En Europe aussi, les réserves sont au plus bas. "Le bilan prévisionnel est très tendu" reconnait Bruno Hot, directeur de l'Office national interprofessionnel des grandes cultures. "Nous allons commencer la saison avec quasiment zéro stock, la moindre alerte climatique aura des répercussions sur les prix."

En Europe aussi, les récoltes ont été mauvaises et la consommation est dirigée à la hausse. En revanche, sur le Vieux continent, le développement des biocarburants est moins avancé. Surtout, l'Europe a fait le choix du biodiesel élaboré non pas à partir de maïs mais de colza. Il n'en demeure pas moins que l'Europe importe du maïs, en particulier d'Argentine, et reste donc sensible à la hausse des cours mondiaux.

Un phénomène durable

Cette tendance à la hausse n'est probablement pas de courte durée. Economiste à l'INRA, Catherine Benjamin estime que le prix mondial du maïs devrait progresser de 56% entre 2005 et 2015. En cause, bien sûr, l'explosion de la demande en biocarburants qui devraient utiliser un tiers de la récolte américaine d'ici une dizaine d'années. Mais les biocarburants ne sont pas seuls en cause. "Le comportement alimentaire des Chinois est en train de changer", explique l'économiste. "Ils consomment de plus en plus de viande et le maïs entre dans la composition de l'alimentation animale."

Et dans mon assiette ?

Le maïs doux que l'on trouve en boîte n'est pas le même que le maïs grain utilisé pour le bioethanol. Cependant, la hausse des cours du second a des répercussion sur le premier. "Si le maïs grain rapporte plus que le maïs doux, les agriculteurs changent de production" explique Christophe Terrain, président de l'Association générale des producteurs de maïs.

Les boîtes n'ont pas encore augmenté Photo © DR

Cependant, pour l'instant, les industriels vendent encore la récolte 2006 aux prix qui avaient été fixés au printemps derniers avec les distributeurs."Cette année, nous allons devoir consentir une hausse à nos producteurs" reconnait Marc Duolé, de la compagnie générale des conserves (D'aucy). "Les distributeurs répercuteront cette augmentation à partir de cet été." L'autre conséquence de la hausse du prix du maïs dans notre assiette concerne… la viande. Si l'alimentation des porcs devient de plus en plus couteuse, le jambon sera vendu plus cher au supermarché.

JDN Economie Envoyer | Imprimer Haut de page
BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

A VOIR EGALEMENT

Sondage

Allez-vous fréquenter un parc d'attractions cet été ?

Tous les sondages