Les Achats et la contrefaçon

La contrefaçon est, dans notre société de consommation, une pandémie à laquelle sont confrontés de nombreux secteurs d’activité. Ceci concerne notamment les produits dont l’aspect est simple à reproduire, et pour lesquels le volume des ventes est important. Aujourd'hui, sont pénalisés par ces pratiques frauduleuses : la mode, le textile et la maroquinerie, l’automobile, les appareils domestiques et électroniques, voire même la santé avec des médicaments dont les origines sont souvent incertain

Aujourd'hui, sont pénalisés par ces pratiques frauduleuses : la mode, le textile et la maroquinerie, l’automobile, les appareils domestiques et électroniques, voire même la santé avec des médicaments dont les origines sont souvent incertaines et les effets encore plus.
Cette tendance s’étend peu à peu à des secteurs d’activité qui se croyaient jusque là protégés Le nombre d’entreprises qui vont devoir faire face aux risques engendrés par la contrefaçon n’a donc pas fini d’augmenter. La fonction Achat doit évidement se sentir très concernée notamment dans le cadre des opérations de sourcing . Il importe que nous soyons plus que vigilants dans notre manière de préserver la propriété intellectuelle de nos entreprises afin de se prémunir contre tous les risques de contrefaçon, évitant par là même, de nombreux désagréments futurs.

Le principe de la contrefaçon étant de conserver l’aspect esthétique du produit tout en économisant sur les coûts des composants, il convient de ne pas se contenter de l’aspect visuel pour choisir son fournisseur mais de s’intéresser à la structure de ce produit et plus particulièrement aux aspects sécuritaires qui lui sont attachés. Afin de se protéger au mieux, l’acheteur doit ainsi vérifier, que le produit respecte les normes et réglementations requises à travers les certifications obtenues et les brevets déposés (ISO, NF…).

En Europe, la douane est chargée du contrôle de la conformité des marchandises importées par rapport aux normes et réglementations en vigueur. Ce contrôle est majoritairement documentaire (facture, documents de transport…) mais il peut également être complété par un contrôle physique.

En effet, rien de plus probant que les analyses de laboratoires pour vérifier la conformité et l’innocuité des produits. Cependant, ces contrôles restent aléatoires et le volume des produits contrefaits ne cesse de croître, car ceux-ci sont régulièrement exportés en même temps que les pièces authentiques à travers la présentation de fausses factures dissimulées derrière les vraies factures.

La vérification physique de la provenance des produits et la bonne adéquation de la commande avec la facture présentée restent encore des moyens complémentaires pour confondre toutes supercheries. Enfin, il conviendra pour l’acheteur d’observer avec une très grande attention l’emballage des produits puisque généralement, même si celui des contrefaçons se rapproche très fortement de l’emballage du produit authentique, le niveau de qualité de sa présentation reste encore à améliorer

Au delà des dommages bien réels sur les plans sanitaire, sécuritaire et commercial engendrés par cette épidémie qui submerge nos économies, une très forte dégradation de l’image de marque de l’entreprise flouée est à craindre,  avec pour conséquence, des pertes de parts de marché importantes, qui s'ajoutent au détournement du savoir faire et de la propriété intellectuelle.

Afin de vous permettre d’échanger sur les problématiques et les enjeux de la contrefaçon nous vous convions au forum organisé par promotion de Master 2 « Achats à l’International » de l’Université Paris Sud le Jeudi 24 Mai 2011 (de 8h30 à 12h00) dans les locaux de l’IUT de
 Sceaux sis au 8 Avenue Cauchy 92330 Sceaux. Des professionnels des achats et des spécialistes de la contrefaçon animeront les débats et partageront leurs expériences sur ce fléau qui s’intensifie sur la plupart des secteurs d’activité. 

Autour du même sujet