Le choix de l’avenir

Dans un monde en profonde mutation, la France peut encore tirer son épingle du jeu digital. Le choix du prochain président de la République sera déterminant. Le programme d’Emmanuel Macron faisant le pari de la liberté et de l’Europe est le plus à-même de permettre à la France d’accomplir sa transformation.

Après les Anglais, les Américains, les Italiens, les Néerlandais, pour ne parler que d’un passé récent, les Français ont rendez-vous, à leur tour, avec leur avenir. L’occasion nous est donnée de reprendre en main le récit de notre histoire.
Dans un monde en profonde mutation, où désormais tous les êtres humains vivent dans le même temps digital, à un tweet l’un de l’autre, où nous gagnons un trimestre d’espérance de vie chaque année, où la notion de travail est en pleine redéfinition et les modèles anciens profondément remis en cause, les raisons d’être déboussolé ne manquent pas. 

Nous sommes au coeur d’un changement de civilisation. Feindre de l’ignorer serait pure folie. L’Europe doit faire face aujourd’hui à deux puissances numériques particulièrement efficientes. D’un côté, les Etats-Unis d’Amérique, démocratie dérégulée, soutient ses entreprises dont les fleurons, à l’instar de Google, Apple, Facebook, Amazon ou Microsoft, états numériques dans l’Etat, ont une capitalisation boursière, chacune supérieure à 400 milliards de dollar, soit autant ou plus que le produit intérieur brut d’un pays comme l’Autriche. Et aux antipodes, l’Asie-Pacifique et la Chine, régimes plus autoritaires certes mais de plus en plus libéralisés, soutiennent sans faille leurs entreprises. Même si elles nous sont, pour l’instant, un peu moins familières (Baidu, Alibaba, Tencent).Face à ces deux continents digitaux, l’Europe semble empêtrée dans sa réglementation, en panne d’innovation et en manque de confiance.Alors que nous avons toutes les qualités pour devenir le grenier numérique du monde : des formations mathématiques parmi les plus recherchées et particulièrement adaptées pour affronter la “plateformisation” de l’économie dirigée par les algorithmes, une langue, le français, qui sera plus parlée au monde que l’espagnol à l’horizon 2030, une culture pour ne pas dire une “french touch” et des marques reconnues et recherchées. De fait, nous avons toutes les qualités pour repartir à la conquête du monde.Nos concitoyens ont conscience de ce changement de paradigme. Eux qui ont parfois le sentiment d’être mieux traités par les marques en leur qualité de consommateurs qu’ils ne le sont en tant que salariés par leurs employeurs ou en tant que citoyens par la puissance publique. 

Et c’est en cela qu’il y a un profond décalage entre les citoyens et leurs dirigeants qui de fait semblent très en retard pour ne pas dire en décrochage. La société ne rejette pas ses élites. Elle les devance. Désormais, nous aimerions que tout fonctionne aussi bien qu’un simple échange de SMS.

La question n’est pas tant de savoir s’il faut rassurer en parlant du passé et de nos racines ou effrayer en évoquant le futur. La réalité est que les Français ont déjà le regard tourné vers l’avenir et qu’ils cherchent celui ou celle le plus à même de les y emmener pour construire.

L’enjeu est la subsistance même de notre Nation. Et pour cela, il ne s’agit pas de monter les anciens contre les modernes, les jeunes contre les plus âgés, les fonctionnaires contre les entrepreneurs, etc… 

Il faut au contraire rassembler et faire oeuvre de concorde, de curiosité et d’ouverture, pour que puisse émerger les talents que recèle notre pays. Pour cela, la candidature d’Emmanuel Macron me semble la plus porteuse d’espoir outre le fait qu’elle incarne un saut générationnel, parfaitement au centre de notre société quand on sait que l’âge moyen et médian en France est de 39 ans. 

Il est encore temps pour notre pays de se rassembler, de porter nos valeurs humaines, d’une incroyable modernité, en faisant le pari de la liberté.

Autour du même sujet