La voiture connectée, une arme anti-GAFA pour MasterCard

Le géant américain veut pousser les consommateurs à utiliser d'autres outils que le smartphone. Le véhicule intelligent s'inscrit dans cette stratégie.

Payer son plein d'essence sans lâcher son volant ni même sortir de son véhicule, c'est pour demain. Enfin pour 2017, puisque ce sera possible dès l'an prochain dans tous les véhicules de General Motors aux Etats-Unis, puis progressivement à l'étranger, grâce à un partenariat récemment noué entre le constructeur, IBM et MasterCard. Une aubaine pour le spécialiste américain du paiement : "Nous voulons nous assurer que les consommateurs auront de plus en plus de facilité à utiliser nos services. Embarquer le paiement digital dans la voiture permettra de répondre à leur besoin de services individualisés et d'expériences intégrées pour éviter toutes les frictions au quotidien", explique Christophe Zehnacker, directeur du paiement digital en Europe de l'Ouest chez MasterCard.

"Embarquer le paiement digital dans la voiture permettra de répondre au besoin de services individualisés et d'expériences intégrées"

L'entreprise prévoit que d'ici 2020 38% de tous les paiements réalisés via ses services seront digitaux et veut petit à petit éviter à ses utilisateurs de devoir sortir leur carte bancaire. Outre le smartphone et les wearables, MasterCard a fait de la voiture l'une de ses principales verticales de développement. "Nous voulons fragmenter le marché du paiement face aux GAFA et pousser les consommateurs à utiliser d'autres moyens de paiement que leur smartphone", affirme Christophe Zehnacker.

Une ambition concrétisée par l'intégration de son offre de paiement sécurisé Masterpass ainsi que de sa technologie MasterCard Digital Enablement Services (MDES) à la plateforme OnStar Go de GM. Comme pour les paiements mobiles, chaque transaction se fait via un token unique, c'est-à-dire un code à 16 chiffres qui remplace la traditionnelle carte bancaire. "Nous ne savons pas encore s'il sera stocké directement dans le véhicule ou dans le cloud", précise le directeur du paiement digital en Europe de l'Ouest chez MasterCard. Comme chez les e-commerçants, le service est accessible à tous, même aux non-détenteurs d'une carte MasterCard.

"Pouvoir proposer des offres personnalisées aux automobilistes dans un rayon de 2 kilomètres ouvre aux commerçants un nouveau business"

Grâce à l'intelligence artificielle d'IBM Watson, ce service disponible depuis l'écran de bord permet aux commerçants et aux marques de créer de nouveaux parcours clients. L'automobiliste peut par exemple commander son déjeuner parmi les offres des commerçants partenaires de OnStar Go, qui ont accès à son historique de commande, et peuvent lui faire des recommandations personnalisées et contextualisées. Le conducteur paye ensuite sa commande via Masterpass, toujours grâce à l'écran de son véhicule, avant de passer la chercher sur place.

"En moyenne, aux Etats-Unis un conducteur passe 46 minutes par jour dans sa voiture. Cette nouvelle opportunité de proposer des offres personnalisées aux automobilistes dans un rayon de 2 kilomètres ouvre aux commerçants un nouveau business", se réjouit Christophe Zehnacker. Cette technologie pourra aussi à l'avenir faciliter des services tel que l'autopartage ou le covoiturage, en permettant le règlement des frais directement à bord, et aurait, selon lui, un rôle à jouer dans la smart city : "Une fois anonymisées les données pourraient être utilisées par les villes et les commerçants pour déterminer quels services manquent à quels endroits précis."

"Nous travaillons activement avec des intégrateurs européens"

Et MasterCard ne compte pas s'arrêter là. Son équipe dédiée au paiement embarqué prépare de nouveaux partenariats : "Nous travaillons activement avec des intégrateurs européens qui sont en lien direct avec de grands constructeurs du Vieux continent. Une annonce importante sera faite au prochain Mobile World Congress, fin février début mars prochain."

 

A lire aussi

 

GENERAL MOTORS / Fintech