La contagion bancaire

des épargnants inquiets devant la société chicago title & trust en 1929.
Des épargnants inquiets devant la société Chicago Title & Trust en 1929. © Roger Viollet

Il ne faudra que quelques jours, à la fin de l'année 1929, pour que la crise boursière se propage à l'économie "réelle". Les ménages américains qui avaient emprunté massivement pour investir en bourse ne peuvent plus rembourser leurs crédits. Pour les banques, cela se traduit rapidement par des pertes "sèches". La quasi-totalité des établissements décide donc de resserrer leur crédit. Les premiers à en souffrir seront les entrepreneurs qui voient leur trésorerie de plus en plus fragilisée. Les faillites qui s'en suivent amplifient encore un peu plus la fragilité des banques. Pris dans ce cercle vicieux, les épargnants américains se ruent sur leur banque pour retirer leur argent. Mais sur place, les caisses seront bientôt vides. Plusieurs établissements bancaires font finalement faillite à leur tour. Le 30 juin 1931, l'un des plus emblématiques, l'American Union Bank, ferme ses portes. 


 Crise financière : les clés pour comprendre