Qui rachète les entreprises françaises ?

474 sociétés hexagonales ont fait l'objet de fusions/acquisitions de la part de groupes étrangers l'an dernier. Un chiffre en croissance de 32% par rapport à 2013.

A croire que 2014 n'a été qu'un immense jour de solde : les achats d'entreprises françaises par leurs homologues étrangers ont bondi de 32% l'an dernier par rapport à 2013, pour atteindre 474. Il faut remonter à 2008 pour trouver un chiffre supérieur à celui-ci. Ces fusions/acquisitions portent sur tout ou partie du capital. Si l'on ajoute les opérations annoncées mais non complétées, leur nombre passe à 535 (+31% sur un an), selon les informations de notre partenaire BVDinfo et de son service Zephyr. 

32%, la hausse impressionne mais s'explique. Après la chute vertigineuse des premières années de crise (-56% entre le plus haut de 2007 et 2009), jamais des conditions aussi favorables n'avaient été réunies : une croissance mondiale qui pointe enfin le bout de son nez, des financements facilités aux Etats-Unis comme en Europe… et des entreprises françaises, qui, elles, ne sont pas toujours au mieux de leur forme. C'est ce qu'a notamment montré la prise de contrôle de la branche énergie d'Alstom par l'américain General Electric.

Quelle est la nationalité des acheteurs ? Voici le podium :

  • Les Etats-Unis ont été les plus actifs : 156 achats viennent d'outre-Atlantique, un chiffre en hausse de 27% par rapport à 2013.
  • Les Britanniques, avec 126 investissements, se distinguent par leur montée en puissance : +66% par rapport à 2013. La perfide Albion pèse pour 40% de la croissance du nombre d'achats.
  • L'Allemagne est le troisième pays le plus friand de sociétés hexagonales : 39 investissements, un nombre en hausse de 18%.

Du côté des entreprises cibles, la concentration de sièges sociaux en Ile-de-France fausse la donne (293 opérations) mais Rhône-Alpes et Paca comptent tout de même un nombre non négligeable d'entreprises visées, respectivement 35 et 19.

Le top 3 des secteurs d'activité les plus touchés laisse quant à lui peu de doutes sur celui qui concentre les appétits :

  • Services : 230 opérations
  • Equipement : 83 opérations
  • Distribution : 44 opérations

Autre enseignement, 39% des achats portent sur des montants inférieurs à 5 millions d'euros. 70% ne dépassent pas la barre des 25 millions. Quelles sont les plus grosses opérations effectives ou annoncées l'an dernier ? La réponse en tableau.

Plus gros rachats d'entreprises françaises par des étrangers en 2014
Rang Entreprise visée Acquéreur Nationalité de l'acquéreur Type d'opération Statut de l'opération
1 LAFARGE SA HOLCIM LTD Suisse Acquisition 100% Annoncée
2 SOCIETE FRANCAISE DE RADIOTELEPHONE SA ALTICE SA Luxembourg Acquisition 100% Complétée
3 ALSTOM SA'S ENERGY ACTIVITIES GENERAL ELECTRIC COMPANY Etats-Unis Acquisition 100% Annoncée
4 MONDELEZ INTERNATIONAL INC.'S COFFEE BUSINESS JACOBS DOUWE EGBERTS Pays-Bas Acquisition 100% Annoncée
5 TDF SAS' FRANCE-BASED UNIT BROOKFIELD INFRASTRUCTURE PARTNERS LP Bermudes Acquisition 100% Complétée
6 GECINA SA BLACKSTONE GROUP LP, THE Etats-Unis Acquisition 26,7% Complétée
7 GROUPE DU LOUVRE SASU SHANGHAI JIN JIANG INTERNATIONAL HOTELS DEVELOPMENT CO., LTD Chine Acquisition 100% Complétée
8 DIANA SAS SYMRISE AG Allemagne Acquisition 100% Complétée
9 NUMERICABLE GROUP SASU ALTICE FRANCE SA Luxembourg Acquisition portée de 40% à 74.6% Annoncée
10 SPOTLESS GROUP SAS HENKEL AG & CO. KGAA Allemagne Acquisition 100% Complétée

Pour encore plus de détails sur les achats d'entreprises françaises par des groupes étrangers, par exemple sur le type de financement et les secteurs d'activité des acquéreurs, cliquez sur l'intitulé suivant de votre choix :

 

BVDInfo

BVDInfo conçoit et diffuse une gamme d'outils d'information sur les entreprises associant des données de qualité à de puissants logiciels de restitution, présentation, et représentation statistique de celles-ci. Créée il y a une vingtaine d'années et présente aujourd'hui dans une trentaine de pays, la société est considérée comme l'un des leaders du marché du marketing informationnel et financier.

Autour du même sujet