La productivité va prendre un coup de bambou

Les employés particulièrement exposés à la chaleur vont devoir stopper le travail. © Marem - Fotolia.com
La capacité de travail pourrait chuter de 20% d'ici 2050 dans les secteurs exposés aux risques climatiques, comme l'agriculture, la construction ou l'armée, selon une étude publiée en 2013. Si le code du Travail prévoit déjà une autorisation d'arrêter le travail si les températures sont "excessives", il n'impose pas aux employeurs du BTP d'interrompre les chantiers tout en indemnisant leurs salariés en cas de canicule, comme c'est le cas pour le gel, la neige, ou le vent violent. Ce type d'intempéries a causé 240 000 arrêts de chantier en 2013/2014, soit 8,9 millions d'heures de travail en moins. Les employés de bureau travaillant dans des locaux climatisés sont eux soumis à des risques accrus de rhinites et d'allergies voir de rhumes.