Le littoral touristique rétréci

De nombreux établissements construits sur le front de mer et des plages entières vont être engloutis par la montée des eaux. © Lucien Ruth / Galerie photo L'Internaute
Sur les rivages de la Camargue, classée par l'Unesco et haut lieu de production de sel, la mer pourrait monter de plus d'un mètre d'ici la fin du siècle selon certaines projections. De quoi largement engloutir les 150 000 hectares de la région malgré les 200 ouvrages et les 20 millions d'euros investis ces vingt dernières années pour protéger les côtes. 
En Languedoc-Roussillon, 10 000 établissements employant 26 000 salariés sont situés dans une zone menacée d'érosion ou de submersion marine à horizon 2100. Une catastrophe pour le tourisme local, qui génère 7 milliards d'euros de recettes par an, soit 15% du PIB de la région. Dans ce cadre, un rapport gouvernemental de 2010 préconise notamment de "diminuer les activités touristiques du littoral au profit d'une offre distincte dans l'avant-pays".