"Le marché français du sandwich devrait arriver à saturation d'ici 2020"

Le PDG de la chaîne de restaurants Subway confirme ses ambitions sur le marché français. Il espère devenir numéro 1 d'ici 2010 en quadruplant le nombre de ses implantations.

fred150
Fred DeLuca, PDG monde de Subway. © Subway

Pourquoi Subway a-t-il choisi de s'implanter au pays du sandwich ?

Quand nous avons pris la décision de nous développer en Europe, nous avons voulu nous implanter dans tous les pays, la France y compris. Il y a des pays plus ou moins réceptifs à nos produits. La France est évidemment réceptive puisque comme vous le dites, c'est le pays du sandwich. Mais compte-tenu de la tradition gastronomique et de la boulangerie en France, nous avons pris le temps de tester le marché avec seulement quelques restaurants en France dans un premier temps.

 

 

La concurrence de Brioche Dorée (333 restaurants, ndlr) et Pomme de pain ne vous décourage pas ?

Les chaînes existantes en France sont bonnes voire très bonnes pour certaines. Mais notre stratégie, c'est d'ouvrir des restaurants assez simples, plus petits pour la plupart, avec des sandwichs fabriqués sous les yeux des clients.

 

Vous n'avez pas peur de la malédiction qui semble frapper les chaînes de restauration américaines qui ont tenté de s'implanter en France sans un succès probant ?

Non, je ne sais pas si on de la chance, mais moi je constate que notre démarche va dans le bon sens. Nous nous renforçons chaque année un peu plus. Ce qui va de pair avec la multiplication de nos implantations. Nous avons 85 restaurants aujourd'hui. Et je vous rappelle qu'en 2001 nous n'étions pas présents en France !

 

Pour assurer votre développement, envisagez-vous de la croissance externe ?

Quand on entre sur un marché, nous voulons toujours être le premier. Que ce soit en termes de quantité de sandwichs vendus ou en nombre de restaurants. On prend toujours la même technique pour y parvenir. D'abord un premier restaurant en franchise, puis un deuxième par le même franchisé ou par un autre et ainsi de suite. Le développement en franchise se fait dès le départ avec une constante : on commence petit et on finit très grand. Donc tout notre développement se fait et se fera par la franchise.

 

Quand espérerez-vous conquérir cette première place ?

Nos équipes françaises ont des objectifs très élevés, c'est vrai, mais notre challenge, c'est d'être numéro 1 en 2010. Cela suppose, aujourd'hui encore, une croissance très forte, mais je crois que cela est possible. Nous estimons que le marché français devrait arriver à saturation entre 1.500 et 2.000 restaurants. Nous pensons que ce seuil sera atteint autour de 2020.

 

Le système des agents de développement par région, sorte de master-franchisés régionaux, est-il le mode de développement le plus pertinent ?

C'est un système qui a fait ses preuves aux Etats-Unis depuis trente ans. C'est sur ce modèle également que nous avons fondé notre succès en Grande-Bretagne, un des pays européens où nous sommes le mieux implantés. Le principe est assez simple. On découpe le pays, en l'occurrence la France, en 14 régions. Un agent par région s'occupe exclusivement du développement de notre marque. Nous en avons 8 aujourd'hui. L'objectif est d'en avoir 14 d'ici deux ans, date à laquelle nous espérons compter 400 restaurants dans l'Hexagone.

 

 

Fred DeLuca

Né en 1948, Fred DeLuca a 17 ans quand il ouvre une sandwicherie dans le Connecticut pour financer ses études de médecine. Il développe une chaîne dès 1974 grâce à la franchise. Il est toujours à la tête de l'entreprise qu'il a fondée. Aujourd'hui, Subway est la plus grande enseigne mondiale de sandwichs avec 29.000 restaurants dans 86 pays. Subway réalise un chiffre d'affaires annuel de 11,3 milliards de dollars. En France, la chaîne compte désormais 85 restaurants, dont 67 en franchise, et sert 12.000 sandwichs chaque jour.

Subway / Dirigeants