La baisse de la fécondité va enrichir les pays pauvres

les taux de fécondité, encore galopants dans certains pays en développement,
Les taux de fécondité, encore galopants dans certains pays en développement, tendent à diminuer dans le monde. © JDN

En 1950, le taux de fécondité frôlait les 5 enfants par femme. Ce taux a été divisé par deux aujourd'hui et d'ici la fin du siècle, il devrait passer sous la barre des 2 enfants par femme, prévoit l'ONU.

Or, moins le taux de fécondité d'un pays est élevé, plus le pays s'enrichit, d'après une étude publiée en 2013. Les auteurs ont par exemple calculé qu'une réduction de la fécondité d'un enfant par femme ferait augmenter le PIB par habitant du Nigéria de 13%. Certains estiment même que le taux de fertilité "optimal" n'est pas de 2,1 enfants par femme, comme il est communément admis, mais de 1,8, car cela permet d'investir plus dans l'éducation et donc d'augmenter la productivité du pays.