Le secteur automobile peut-être sauvé de la casse

la prime à la casse a plutôt favorisé les constructeurs français.
La prime à la casse a plutôt favorisé les constructeurs Français. © Flore Fauconnier / JDN

 Le principe : depuis le 4 décembre, une prime de 1 000 € est versée pour l'acquisition d'un véhicule particulier neuf émettant moins de 160 grammes de CO2 accompagnée de la mise à la casse d'un véhicule de plus de 10 ans. Elle a été reconduite au-delà du 31 décembre, mais disparaîtra progressivement d'ici 2011.

 Ce qui marche : au 26 août, 320 000 primes ont été versées, soit 100 000 de plus que prévues. La mesure a clairement permis de limiter la baisse du marché automobile. D'autant plus qu'elle était conjuguée au pacte automobile de février 2009 (fonds de garantie pour les équipementiers et sous-traitants plus prêts participatifs à hauteur de 6,5 milliards).

 Ce qui ne marche pas : le marché français est encore très fragile.