L'ordinateur fonctionnera à l'ADN

en remplaçant les 'bits' informatiques par des codons adn, on peut effectuer des
En remplaçant les "bits" informatiques par des codons ADN, on peut effectuer des calculs beaucoup plus complexes. © Rodolfo Clix / Fotolia.com

Les ordinateurs biologiques, dont certains modèles expérimentaux existent déjà dans les laboratoires, constitueront peut-être la prochaine révolution informatique. Dans ces systèmes, l'information est traduite non pas en charges électriques mais en fragments d'ADN, ce qui permet d'effectuer des milliards de calculs en parallèle mais aussi des types de requêtes insolubles avec l'informatique classique.

L'enjeu est énorme, car les puces à silicium arriveront d'ici 15 à 20 ans aux limites de leur miniaturisation. L'ordinateur biologique trouvera des applications dans des domaines nécessitant une puissance de calcul importante, comme la cryptographie ou la météorologie.