OPnGO, l'appli tout-en-un qui disrupte le stationnement

La start-up française proposera d'ici fin 2016 plus de 200 000 places de parking réservables et payables directement depuis un smartphone dans plusieurs villes de France.

Six mois. C'est le temps qu'un automobiliste passe à chercher une place de parking au cours de son existence, selon OPnGO. Une aberration pour son président, David Kownator : "Les usagers sont aujourd'hui habitués à la simplicité. Que cela soit avec l'e-commerce ou les VTC par exemple, ils peuvent choisir et payer ce qu'ils désirent en quelques clics, directement depuis leur smartphone. Nous voulons appliquer cela au stationnement en proposant un parcours d'achat simple, avec un compte unique par client quel que soit le parking qu'il choisit, qu'il soit privé ou public, grâce à la reconnaissance de la voiture à l'entrée et à la sortie des parkings pour ouvrir automatiquement les barrières. Sur OPnGO, ils pourront à la fois trouver les offres les plus intéressantes autour d'eux avec la géolocalisation et prépayer leur parking."

Il suffit d'entrer l'immatriculation de son véhicule et d'enregistrer sa carte bancaire sur l'appli pour pouvoir réserver sa place

Concrètement, l'usager n'a qu'à entrer l'immatriculation de son véhicule et à enregistrer sa carte bancaire sur l'appli pour pouvoir réserver, à l'avance (une heure avant minimum) avec une réduction de 30% sur le tarif habituel ou juste avant d'entrer dans le parking, au tarif normal, sans avoir à passer par la caisse ni à s'arrêter aux barrières. Pour les parkings publics, déjà équipés de caméras capables de lire les plaques, OPnGO n'a qu'à se connecter au système existant. Pour les parkings privés, il installe un dispositif connecté qui permet à ses clients d'ouvrir la porte du parking où ils ont réservé une place en un clic sur leur smartphone.

Si l'application ne référence pour l'instant qu'une centaine de parkings dans Paris et plusieurs communes limitrophes, soit environ 50 000 places disponibles, elle compte s'implanter dans 12 autres villes françaises dès le quatrième trimestre 2016, et ainsi proposer 200 000 places de stationnement dans tout l'Hexagone, dont 100 000 à Paris et ses alentours. "Nous allons nous développer plus facilement que nos concurrents sur le territoire grâce à nos principaux partenariats, avec Indigo pour les parkings publics et des bailleurs sociaux comme Gecina, qui nous met déjà à disposition des emplacements dans 40 bâtiments, principalement des bureaux, ou Paris Habitat", avance-t-il.

"Nous déployons le paiement en voirie, c'est-à-dire la possibilité de payer son parking dans la rue directement depuis l'appli"

"Nous sommes aussi en train de déployer le paiement en voirie, c'est-à-dire la possibilité de payer sa place de parking dans la rue directement depuis l'appli grâce à la géolocalisation plutôt que d'aller chercher un ticket à l'horodateur. Les agents municipaux n'auront qu'à rentrer le numéro de plaque dans leur base de données pour vérifier que le stationnement est payé. La technologie est prête et sera lancée à Ouistreham (Calvados) dès juillet 2016. Quatre ou cinq communes de plus seront équipées d'ici la fin de l'année, notamment des villes moyennes. Nous l'étendrons aux grandes villes en 2017", poursuit l'entrepreneur.

Avec OPnGO, plus de ticket à prendre à l'entrée du parking. © OPnGO

OPnGO compte aussi séduire d'autres structures de parking privés, et notamment les gares, les aéroports et les hôtels : "Nous sommes déjà en discussions avancées avec une grande chaîne d'hôtellerie. L'idée est qu'elle nous mette à disposition un nombre de places déterminé à l'avance en fonction du taux d'occupation de ses établissements", précise-t-il.

Pour se développer, la start-up dispose déjà d'un budget initial de 25 millions d'euros apporté par son actionnaire, le groupe Infra Park (détenu par Ardian et Crédit Agricole Assurances). "Cela couvre nos investissements pour les trois prochaines années et notre développement dans toute la France mais aussi à l'étranger car nous allons très vite dépasser nos frontières, contrairement à beaucoup de nos concurrents. Nous allons nous installer dans les prochains mois dans deux villes pilotes en Belgique et en Espagne puis en Amérique du Sud et en Amérique du Nord dès 2017, cette fois avec des investissements supplémentaires", annonce le président d'OPnGO.

Selon lui, l'avenir passera aussi par un travail main dans la main directement avec les constructeurs automobiles, en quête de nouveaux services de mobilité intelligente : "Beaucoup nous ont contactés, Français comme étrangers. Nous imaginons dans un avenir proche pouvoir offrir la possibilité de choisir et de réserver sa place de parking directement depuis l'écran embarqué de sa voiture."

 

A lire aussi

 

Smartphone / Transport intelligent