Chercher à déstabiliser gentiment avec des questions inattendues

Quand une conversation s'endort il faut un peu d'audace. © Ion Chiosea-123rf
Selon nos experts, une subtile déstabilisation peut avoir bien des vertus. Poser des questions pertinentes, ouvertes, prêtes à élargir le débat peut s'avérer pertinent si certaines règles sont respectées. "Il ne faut pas déstabiliser l'autre mais plutôt relancer un dialogue qui s'endort. Votre style peut-être incisif. C'est une marque de fabrique, à la manière de Jean-Jacques Bourdin. Un peu d'audace, pour emmener l'interlocuteur sur des chemins de traverse", indique Catherine Berliet.
Selon Delphine Roset, il est préférable "de rester sur des questions ouvertes car elles permettent d'échanger et donc de retenir l'attention de son interlocuteur. Pour Jean-Paul Lugan, "tout dépend de l'objectif que l'on a avec l'interlocuteur. Il faut déstabiliser avec parcimonie, tact et douceur, sans chocs émotionnels".