L'éthique n'a de sens que dans l'action

Les valeurs sont subjectives et personnelles. Elles s'appuient sur une morale (binaire, clarifie ce qui relève du bien et du mal) qui donne aux individus et organisation les moyens de juger leurs actes individuels et collectifs et de se construire une éthique personnelle et professionnelle.

L'éthique apparaît comme le respect de valeurs.  L'éthique permet de « bien agir » n'a donc de sens que dans l'action (manière d'agir) et dépend des situations et des contextes.

NB : les [Qx] font référence aux questions de l'ouvrage de JP. Madoz sur l'Ethique professionnelle (cf. fin de la chronique).

Comment définir l'éthique ?
« Si ton action est ordonnée et ressemble à un cérémonial qui obéit à une Éthique : même si tu manques ton but, tu es un gagnant en puissance. Si ton action est aléatoire et si tu crois bon de ne respecter ni rythme ni rite, même si tu atteins ton but par un heureux hasard, tu es virtuellement un perdant. » (Bréviaire de l’homme d’action, F. Garagnon, Editions Monte-Cristo, 1990).

L'éthique :
* Éthique (business ethics) : C’est la recherche des fondements du « bien agir ». L’éthique est partout où il y a choix. C’est une interrogation sur les critères à prendre en compte dans les décisions, dans la recherche du bien commun (Q1)
* C'est un choix de vie. Le besoin d’éthique est bien souvent une « attente », c’est-à-dire un besoin qu’il est difficile d’identifier & d’exprimer (Q8)
* N’a de sens que dans une situation et un contexte. L’éthique admet la discussion, l’argumentation, les paradoxes. (Q3)
* Est avant tout le moyen pour chacun de mener une profonde réflexion sur le sens que l'on donne à son action au quotidien, aussi bien dans sa vie privée que sa vie professionnelle (Q 86).
* A pour but de dire comment les êtres doivent se comporter pour agir sereinement entre-eux. L'éthique établit les critères pour évaluer si une action est bonne ou mauvaise et pour évaluer les motifs et les conséquences d'un acte

Charte éthique : ensemble d’engagements, de pratiques et de comportements choisis et adoptés par une entreprise ou une profession qui dépendent essentiellement des caractères participatifs de sa conception et de la régularité des contrôles (Q10)

Produit éthique (Q 50, Q 51) : résulte de la mise en jeu de la chaîne de valeurs. Il est qualifié « d’éthique », à partir du moment où il a été conçu, réalisé, fourni, au travers d’une chaîne de valeurs dont les systèmes de management, formalisés ou non, prennent en compte les besoins éthiques des clients et de tout ou partie des parties intéressées.  Il s'appuie sur 4 niveaux (les 4 E) : le produit central « essentiel », le produit formel « esthétique », le produit au sens large « engageant » (certification, garantie), le produit « éthique »

Qu'en est-il de la morale, la culture, les valeurs, la déontologie, les vertus... ?
Morale  :
* Ensemble des normes sociales qui imposent à la conscience, clarifie ce qui relève du bien et du mal.  Elle traite de nos devoirs indiscutables, quand on s’y soustrait, on nie notre condition d’homme. La morale est surtout une problématique philosophique individuelle [Q2]
* La morale  n’intègre pas les contraintes de la situation. La morale ignore la nuance, elle est binaire (Q3)

Valeurs :
* Ensemble des principes issus de la morale des individus [Q2]
* Sont intimement liées à la culture, et donc totalement subjectives. Elles décrivent les convictions individuelles et collectives et représentent des manières d'être et d'agir, reconnues comme idéales et qui rendent estimables, différenciateurs et crédibles les individus et organisations.
* Correspondent à un schéma cognitif individuel (individu, société ou groupe). Elles sont donc différentes d'un individu à un autre. Elles sont hiérarchisées et la hiérarchie est différente d'un individu à l'autre. Elles ne peuvent avoir le même poids en fonction du temps, de la situation, …
* On distingue souvent les valeurs sociétales des valeurs organisationnelles. Les valeurs sociétales (liberté, ...) se traduisent en valeurs organisationnelles (autonomie, flexibilité, ...).
* Une valeur se caractérise par un mot. Elle une valeur doit être mesurable et couplée à un indicateur. Une valeur n'a de sens qu'au moment de la prise de décision. Elle guide donc les choix qui sont faits.

Vertus rencontrées dans un organisme : Une vertu est une bonne qualité humaine acquise.
Les vertus regroupent :
. les vertus individuelles (Prudence, Tempérance (capacité à distinguer le raisonnable), Courage, Justice)
. les vertus collégiales en entreprise (esprit d’équipe, disponibilité, préoccupations économiques, appréciation des autres, gestion des plannings, développement de l’attitude interrogative...) [Q4]

Déontologie (Q33) : vient du grec « déontos » et signifie étymologiquement « la science, la connaissance, de ce qui convient, ce qui est juste, de ce qu’il faut faire ». Dans son sens restreint, la déontologie est donc la connaissance, la science de ce qui est juste et convenable. Une action serait bonne ou mauvaise en proportion de sa capacité d’accroître ou de réduire la somme du bonheur public

La culture : Ensemble des phénomènes matériels et idéologiques et/ou de signes caractéristiques du comportement qui caractérisent un groupe ethnique, social ou une une nation, une civilisation... par rapport à un autre (Larousse)

Code de conduite  :
* Consiste en un « engagement pris volontairement par une société ou une organisation d'appliquer certains principes et normes de comportement à la conduite de ses activités ou opérations » (OCDE) (Q 63)
* C'est un ensemble de valeurs et de principes qu’une société ou organisation déclare respecter dans ses activités (www.geneve.ch/agenda21) (Q 63).
-----------------------------------------
Sources
.    Ouvrage « 100 questions – Ethique professionnelle », Jean-Pierre Madoz, Afnor Editions,
.    www.beeznet.org, les entrepreneur modernes et durables

Autour du même sujet