Trouver les disruptions de 2015 avant qu'elles ne vous trouvent

Pour faire la différence en 2015 et ne pas se contenter de suivre les tendances, utilisez ces 7 possibilités pour trouver les signaux de disruptions bien avant vos concurrents.

Vous l’avez peut être déjà remarqué, la saison de la tendance est ouverte depuis novembre. Et elle va continuer au moins jusqu’à la chandeleur.

Bien entendu, il est primordial de s’intéresser aux tendances de son marché pour faire évoluer ses méthodes et ses offres. Il y a pourtant deux lacunes à utiliser les tendances :
  1. Si une tendance est captée, analysée et vous est présentée, c’est qu’elle est déjà en train de se répandre chez vos concurrents et constitue sans doute une demande formulée par vos clients depuis un moment. En d'autres mots, elle est peut-être même déjà dépassée… Je pourrais vous citer par exemple le "Responsive Design". J'espère que cela fait belle lurette que vous avez pensé à adapter votre site de e-commerce au format smartphone ! 
  2. Ensuite, si tout le monde peut s'inspirer de ces tendances en même temps, cette tendance n’en est plus une ! Il ne s’agit plus que d’une pratique qu’il faut intégrer rapidement pour ne pas se retrouver dépassé. Dans ce cas cela n'apporte aucun avantage concurrentiel ou compétitif. Un comble pour une tendance...
Pour que votre capacité à identifier les tendances reste un avantages concurrentiel, vous devez apprendre à identifier les signaux faibles et peut-être prendre un risque sur leur éventuelle transformation en tendance "lourde et structurante". (J’ai bien écrit "prendre un risque", pas "faire un pari".) Et si finalement le signal faible que vous avez identifié devient une tendance, vous pourrez dire à vos clients que vous créez la tendance, que vous être un “TrendSetter”.

Ci-dessous, 7 possibilités qui vous sont ouvertes pour identifier les signaux faibles, source probable de disruptions, qui vous permettront de créer une échappée sur le peloton de vos concurrents. Si vous en voyez d’autres n’hésitez pas à les ajouter dans les commentaires.
 
1 - La cross-polination : Sans doute la plus simple à identifier. 
Il s’agit de considérer que les idées qui auront le plus d'impact sont celles qui ont déjà été testées ailleurs et qui sont transférables à votre secteur. Il ne s’agit pas ici d’améliorer style "innovation incrémentale" mais d’adapter ce qui a été inventé ailleurs. On parle aussi de pollinisation, d’hybridation ou d’adjacente.
L’exemple le plus connu est l’aspirateur de Dyson qui s’est inspiré (humour) du système d'aspiration des copeaux utilisé en scierie. 
Alors, quelles sont les disruptions vécues par d’autres secteurs économiques que le vôtre ? 
Ne vous arrêtez pas aux disruptions communes évidentes que vous vivez aussi (Digitalisation, Culture Y, crise économique, mondialisation, big data). 
Intéressez vous à des événements ou pratiques qui vous semblent à première vue trop endémiques pour être adaptables : Recommerce, Humanisation, Retailtainment, Modèle SAVE, etc. et partez de là pour réfléchir ce que ces sujets pourrait apporter comme disruption dans votre secteur. Regardez par exemple les disruptions qui sont en train de transformer le secteur du conseil.   

2 - Les libérations : Il s’agit des idées qui permettent de libérer ses clients d’un problème.  
Airbnb aide certains de ses client à rembourser leur prêt immobilier ou à financer leurs vacances. Ouicar permet de faire la même chose avec sa voiture. Compagnons de cordée propose de libérer ses clients de certaines injustices créées par l'absence de loi Sapin dans la com' emploi.
Alors, de quelles injustices vos clients souffrent-ils et comment pouvez-vous les en libérer ? 

3 - Les exponentielles : C’est le mouvement qui accompagne ce qui devient plus petit, moins cher et plus puissant selon notamment la loi de Moore. 
Cela ne concerne plus seulement la capacité des microprocesseurs ou des disques durs mais aussi les capteurs,  les panneaux solaires ou... les lames de rasoir. C’est sur cette disruption que Dropbox et consorts ont fait leur fortune. 
Alors, quelles sont les exponentielles liées à votre activité ? En vous projetant dans quelques années, pouvez-vous les devancer ?

4 - Les contradictions : Il s’agit de tendances ou d’événements concomitants mais contradictoires. 
Un signal faible ou une tendance est toujours accompagné de son opposé qu’il faut savoir reconnaître. Par exemple, la montée du bio est parallèle à celle du hamburger. Pas la peine de lire dans une boule de cristal pour savoir que les chaînes de hamburger bio comme Five Guys ou Elevation Burger vont arriver en France rapidement. 
Autre exemple : si vous comparez les cours de l’or et le cours des actions vous verrez une corrélation inversée quasi systématique entre eux : quand le cours de l’un est bas, celui de l’autre est haut. Sauf qu’en 2004 le cours de l’or a augmenté AVEC le cours des actions. Et-ce que l’on pouvait prévoir que quelque chose était en train de couver ?
Une des nombreuses contradictions du moment est que selon l’institut Pew Research, le nombre de personnes n’ayant pas lu de livre en 2014 a triplé depuis 1978. Ceci alors que le chiffre d’affaires des éditeurs a été de 4 milliards en 2013 comparé à 2,7 milliards en 2009. 
Nous lisons moins mais on achète davantage... Qu’est ce que cela vous inspire ? Les livres deviennent-ils des objets de décoration ou moins de monde achète davantage de livres ?

5 - Les inversions : C’est quand une pratique, un marché, un usage s’inverse. 
Par exemple, quand les parents demandent à leurs enfants d'être connectés sur Facebook ou quand, comme chez Danone, de jeunes collaborateurs forment leurs collègues plus expérimentés dans le cadre du programme “Reverse Mentoring".

6 - Les  coïncidences : Quand des événements indépendants portant sur le même sujet arrivent dans un délai très court. 
Comme lorsque le 4 Novembre 2007, 108 voitures sont impliquées dans un carambolage en Californie à cause du brouillard. La veille, le 3 novembre, le Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency) organisait son challenge annuel qui pour la première fois lançait son concours de voiture sans chauffeur en condition de circulation.   
Une coïncidence plus récente : à quelques jours d’intervalle, en novembre 2014, les principaux réseaux immobiliers français ont annoncé lancer leur propre plateforme pour lutter contre leboncoin.fr alors qu'au Etat-Unis, AutoNation, un réseau de vendeur de véhicule d’occasion, a annoncé investir 50 millions pour développer son site pour lutter contre truecar.com le site de vente en ligne de leur secteur. 
Et je ne vous parle même pas d’Uber qui est attaqué dans plusieurs villes du monde ou de Taylor Swift qui a retiré ses titres de Spotify. Est-ce que le vent tourne ?

7 - Les étrangetés : Quand en avril 2014 Nike ferme sa division Nike Fuel Band avec 10% des parts du marché naissant du Wearable. Ah non attendez, plusieurs ingénieurs de cette équipe ont été recrutés par Apple dans la foulée. Etrange mais pas accidentel..

Autour du même sujet