Bien-être en entreprise : 15 commandements pour 2015 (deuxième partie)

Le bien-être au travail, à tort assimilé à la santé des collaborateurs, repose sur un état d’esprit à la fois global et subjectif. Ainsi que sur une multitude de facteurs qu’il convient d’identifier si vous voulez améliorer votre qualité de vie professionnelle. Quinze commandements pour 2015, seconde partie.

Retrouvez ici nos cinq premiers commandements : http://www.journaldunet.com/management/expert/60220/bien-etre-en-entreprise---15-commandements-pour-2015--premiere-partie.shtml

Commandement n° 6 : répondez de façon appropriée aux dangers comme aux opportunités


Le stress au travail se vit, dans les cas les plus extrêmes, dans la souffrance et la dépression. A ce titre, il constitue donc un risque majeur (d’où la nouvelle terminologie en vogue : les risques psychosociaux) pour les individus concernés.
Sans sous-estimer les conséquences douloureuses que le stress et ses corollaires peuvent occasionner, il est toutefois - parfois - possible d’envisager la situation sous un autre angle. C’est-à-dire de manière positive, en étudiant les risques et leurs douloureuses conséquences pour en dégager des motifs d’espoir. Mieux, quand vous le pouvez, de les anticiper en suivant les recommandations que nous vous livrons dans les commandements suivants.
Souvenez-vous d’une chose : quand la situation semble inextricable, il suffit parfois simplement de changer de point de vue pour trouver la solution.

Commandement n° 7 : acceptez le changement
Apprentissage de nouveaux outils et techniques, mobilité professionnelle, ascension hiérarchique, mais aussi licenciement… Tout changement, positif comme négatif, est potentiellement générateur de stress et d’angoisse. Si la culture du changement est prônée par les théoriciens du management, elle n’est malheureusement pas toujours intégrée par les salariés.
Car avec des enjeux aussi psychologiques qu’affectifs, le changement n’est pas propre à l’être humain. Celui-ci aspire (en général) plus fondamentalement à l’homéostasie, ces conditions de vie où rien ne bouge et où la stabilité du milieu intérieur est maintenue. Le changement est donc une crainte primaire communément partagée.
Pourtant, la modification de nos critères et de nos croyances peut se révéler totalement bénéfiques. Vous serez en mesure de développer votre potentiel et de cultiver un moral à toute épreuve. Les périodes de crise et de dépression demandent de bonnes capacités d’adaptation et une foi inébranlable en vos compétences : en vous préparant, vous saurez tirer profit de toutes les situations, et serez capable de surmonter tous les défis.

Commandement n° 8 : gardez votre équilibre dans l’adversité
Pour rebondir face à l’adversité, vous devez être capable de contrôler vos réactions face au stress ou à une épreuve difficile. C’est ce qu’on appelle faire preuve de résilience. En renforçant cette aptitude, vous réagirez de manière constructive en toutes circonstances et saurez garder coûte que coûte votre équilibre.

Différentes stratégies vous y aideront : apprentissage de la régulation de vos émotions par la méditation, technique de la réévaluation cognitive (qui permet de réinterpréter le sens d’événements sous un angle positif), amélioration de votre condition physique par le sport, renforcement de vos liens sociaux, mise au point de défis à relever… Prenez soin de votre corps comme de votre esprit en acceptant toute activité propice à un état positif et sociable et vous permettant d’aller de l’avant en toute constructivité.

Commandement n° 9 : connaissez vos valeurs et vos limitations

Pour vivre heureux, dans notre vie personnelle comme au travail, nous devons agir en adéquation avec nos valeurs. Il est donc nécessaire de les connaître ! Prenez du recul et commencez par définir quelle signification vous donner aux valeurs que vous prônez. Quel sens a la notion de franchise pour vous ? Et d’honnêteté ? Ou encore de fidélité ?

Lorsque vos valeurs sont bafouées par un tiers, une situation ou encore par vous-mêmes, vous devez être en mesure de comprendre l’état interne négatif qui en résulte. Ou à l’inverse, lorsqu’elles sont validées, l’état positif et les symptômes physiques et psychiques qui en résultent.

C’est seulement en ayant une connaissance précise de vos valeurs et de vos limitations (qui correspondent à ce que vous n’acceptez pas), que vous pourrez comprendre qui vous êtes et comment avancer sur le chemin du mieux-être. Et donc que vous contribuerez à améliorer votre confiance en vous et votre état de bien-être au travail.


Commandement n° 10 : déterminez votre zone d’excellence

Une fois l’ensemble des paramètres que nous venons de citer déterminés, rendez-vous dans votre zone d’excellence, là où l’adéquation est parfaite entre votre aptitude à prendre des risques, et les capacités et les croyances adéquates pour atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés.

Une fois que vous y êtes, faites en sorte de ne plus en sortir : vous vous trouvez (enfin) dans le lieu de votre cohérence interne, où vos actions sont en accord parfait à la fois avec vos pensées et avec votre environnement.

Professionnellement, votre position d’excellence se situe à la jonction de trois cercles : ce qui vous passionne le plus, là où vous pouvez être le meilleur, et ce qui fait tourner le moteur économique. Alors, pour vous, à quelle activité cela correspond-il ? N’ayez pas peur de vous poser la question et de trouver la réponse !

Et vous, que pensez-vous de ces cinq nouveaux commandements ? Quels sont vos secrets de bien-être en entreprise ?


Autour du même sujet