Marché du travail : en marche vers l'ubérisation

L'ubérisation touche tous les secteurs de l'économie, y compris le marché du travail. Si cette tendance peut poser certaines questions, elle comporte des avantages certains pour les employeurs et la population active.

L’ubérisation se base sur le succès rencontré par la société Uber depuis 2009. Le business model d’Uber a été une source d’inspiration pour plusieurs milliers d’entrepreneurs qui ont choisi de décliner le même modèle économique face à différentes problématiques. Par ailleurs, le phénomène Uber fait aussi état d’un acteur qui disrupte un marché traditionnel par l’innovation.

En France, il existe même un Observatoire de l’Uberisation. Selon lui, l’ubérisation est née au carrefour de trois grandes tendances de fond arrivées à maturité. Ces trois tendances sont notamment, la compréhension de l’univers numérique, la recherche de la meilleure expérience client, et la recherche d’indépendance au quotidien de chaque individu dans l’expression de ses compétences

L’impact sur le monde du travail

Avec les profonds changements au niveau des modèles économiques qui s’adaptent en fonction du numérique, la question se pose : sommes-nous en train d’entrer dans l’ère de "l'ubérisation du travail" ? Se dirige-t-on vers un recrutement "à la demande" ? Dans un futur proche allons-nous pas dénicher puis recruter sur une application, un développeur à mi-temps à la recherche de petites commandes ou un expert-comptable prêt à travailler pendant 3 mois sur une mission d’ingénierie financière, comme on tapote sur son smartphone pour trouver et commander un taxi qui circule près de chez de soi ?

Quelles sont les nouvelles formes de travail ?

La montée en puissance des freelances est un phénomène lié à l'ubérisation du travail. Le phénomène du freelancing concernerait près d'un américain sur trois. Hopwork, plateforme pour freelancers, a réalisé une  Le télétravail. Cette étude démontre que "le freelancing est à 90% un choix délibéré". Quant à la raison principale pour laquelle les freelances ont fait ce choix de carrière : 88% répondent que c’est par souci d’indépendance.

Le télétravail : l’ubérisation du travail c’est aussi s’ouvrir au monde. En effet, il faut s’ouvrir aux différentes opportunités qui sont dorénavant possibles grâce à la technologie. Le télétravail aussi connu comme le "remote working" prend de l’ampleur. Avec un accès internet et un ordinateur, l’employé peut travailler de n’importe où. Les avantages sont nombreux à la fois pour l’employé mais aussi pour l’employeur.

Avantages pour l’employeur

L'employeur a de nombreux avantages. Il est capable de recruter sans se préoccuper de la position géographique de ses équipes. Il peut optimiser ses dépenses en infrastructures (bureaux, espaces de travail...). Sans compter qu'il peut compter sur des collaborateurs plus épanouis qui passent moins de temps dans les transports et plus de temps sur leur projet.

Avantages pour l’employé 

Gros plus, un employé ne perd pas de temps dans les transports. Son planning est optimisé. Ainsi, il peut consacrer plus de temps à sa famille et à ses activités sociales. Il peut choisir son cadre de travail (domicile, coworking...). A la clé, une meilleure productivité.Plus de flexibilité mais aussi la possibilité de tester une activité free-lance ou indépendante.

L’ubérisation du travail est en marche. Cette transition entraînera des changements profonds dans la manière dont les employés vendent leurs compétences. Il existe déjà différentes formes de travail (freelancing, interim, télétravail etc.) adapté aux besoins d’indépendance et de flexibilité de certains professionnels. Pour les entreprises, il s’agit de trouver la bonne formule pour saisir les opportunités liées à l’ubérisation du travail. 

Autour du même sujet