Devenir tatoueur

Art ancestral, le tatouage est aujourd'hui de plus en plus tendance et s'est largement démocratisé. Ainsi, les tatoueurs et les salons sont de plus en plus nombreux un peu partout et la demande est écrasante. Les carnets de rendez-vous des tatoueurs sont remplis, et témoignent du succès de la pratique. Comment devenir tatoueur ? Quelles sont les formations existantes ? Quel avenir ?

Le tatoueur : un artiste et un technicien avisé

Les tatoueurs doivent s'adapter à la demande des clients : certains viennent avec leur propre motif à reproduire, d'autres avec une idée en tête que le tatoueur doit concrétiser, d'autres encore n'ont aucune idée du motif qu'ils souhaitent faire graver dans leur chair. Le tatoueur doit donc prendre le temps d'étudier chaque demande, de conseiller le futur client, de lui expliquer ce qui est réalisable et avec quelles contraintes (taille, emplacement, couleurs).
Chaque tatoueur a son style, sa patte reconnaissable, mais il doit être capable de tout faire. Outre ses talents graphiques, il doit maîtriser les techniques d'encrage, le matériel, les règles d'hygiène et connaître le type de peau afin d'offrir un travail de qualité sans danger pour la santé du client.

Se former au métier de tatoueur

Aucune formation ni aucun diplôme reconnu par l'État ou par le Syndicat national des artistes tatoueurs ne préparent au métier de tatoueur. Certaines écoles proposent des formations onéreuses et sans garantie de qualité. Apprendre ce métier passe donc par l'apprentissage. Le tatoueur en devenir doit tout d'abord travailler sur ses compétences graphiques, en dessinant encore et encore sur différents thèmes et dans plusieurs styles. Il doit aussi suivre la formation obligatoire (et payante) sur l'hygiène. Il existe deux options pour celui qui veut devenir tatoueur : se former en autodidacte ou auprès d'un maître d'apprentissage.
L'apprentissage est le moyen le plus fiable pour bénéficier d'une formation de qualité. Le futur tatoueur se présente dans des salons de tatouage avec ses réalisations, en espérant attirer l'oeil du professionnel et devenir son apprenti. L'avantage de l'apprentissage réside dans le suivi de l'apprenti, le financement de sa formation à l'hygiène, le matériel mis à sa disposition et l'observation du travail de son maître. Une fois que le tatoueur le juge prêt (après plusieurs mois), il lui confie de petites pièces simples et rapides à tatouer. Il faut de nombreux mois (de 6 à 24) pour acquérir des bases solides.
Le tatoueur peut être autodidacte, c'est-à-dire se former lui-même aux techniques d'encrage sur des peaux artificielles ou des peaux d'animaux. Il faut être prudent, se former tout seul en évitant les erreurs n'est pas facile. L'autodidacte ne doit pas rester isolé, il doit rencontrer des professionnels, solliciter leur appui et leur avis, participer à des conventions...

Un marché du tatouage en pleine croissance

Environ 3 000 tatoueurs professionnels officient en France dans plus de 300 salons. Le tatoueur travaille soit dans le salon d'un autre, par exemple celui qui a été son maître d'apprentissage, soit dans son propre salon, souvent une fois qu'il a acquis une certaine notoriété et développé sa clientèle. Le marché du tatouage est dense, il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Il faut savoir se démarquer et se faire un nom.

Quelques conseils aux futurs tatoueurs

L'apprenti doit connaître l'histoire du tatouage, la culture, les artistes reconnus dans la profession, et s'en inspirer pour ses dessins, mais aussi développer son propre style. Les tatoueurs sont sollicités toute l'année par de futurs apprentis, il faut donc faire la différence avec un travail de qualité et montrer une bonne motivation et du sérieux. Il est essentiel de se constituer un book organisé par thèmes et styles et privilégier la qualité à la quantité. Le mieux est d'aller directement à la rencontre de tatoueurs pour établir un premier contact concret.

Métiers