Responsable SIRH : quand les ressources humaines se digitalisent

Analyser les données RH de l'entreprise pour augmenter productivité et bien-être des salariés, telle est la tâche du responsable SIRH.

La révolution digitale met à disposition des entreprises une véritable manne : une grande quantité de données qui peuvent être utilisées à des fins commerciales. Mais certaines peuvent aussi servir à améliorer le management en interne. Pour les décortiquer, une fonction mi geek, mi responsable RH se répand dans les entreprises : le responsable SIRH.

Un métier hybride

"Il s'agit d'un métier hybride à mi-chemin entre le DRH et la DSI à tel point qu'on ne sait pas toujours à quel département le rattacher", décrit Gérard Piètrement, directeur de Danaé, une société spécialisée dans l'aide au choix et dans la mise en place des systèmes d'information RH. "Plus spécialement, le responsable SIRH implémente des systèmes d'analyse de données RH, maintient et améliore les outils et étudie les données afin d'augmenter la productivité des services RH. Il est également le gardien de la sécurité des données", poursuit le dirigeant.

Concrètement, lorsqu'une entreprise décide de mettre en place un nouveau service de paie, c'est lui qui est en charge de la gestion de ce projet.

Analyse interne, choix de l'outil, mise en place d'algorithmes permettant de payer des centaines de salariés à l'euro près en un seul clic : rien ne lui échappe.

Mais sa fonction ne se limite pas qu'à la paie. "C'est lui qui est à l'origine des outils qui permettent de détecter les talents en interne et de favoriser leur mobilité. Tout ce qui touche aux outils de gestion des intérimaires ou de la visite médicale va aussi entrer dans son périmètre. Il permet à l'entreprise d'automatiser certaines tâches et d'avoir une vue d'ensemble de toutes les problématiques liées aux ressources humaines", fait remarquer François Geuze, du Master Management des ressources humaines à l'université de Lille, l'une des rares formations préparant au métier de SIRH avec le Master de Montpellier II.

En plus d'un côté geek, il faut connaître le droit du travail, les conventions collectives et les plans de formation

Du fait de la diversité de ses missions, les responsables SIRH viennent souvent d'horizons différents, ce qui explique le faible nombre de formations dédiées : "Il peut s'agir de responsables RH avec une sensibilité technophile, qui adorent installer des bases de données et analyser leur contenu. Mais le responsable SIRH peut également être un ancien cadre en informatique qui a souhaité donner une dimension moins technique à son parcours", fait remarquer Alban Bureau, directeur des rémunérations et des projets RH chez Saint Gobain et président du cercle SIRH qui fédère les professionnels du secteur.

Il est vrai que pour exercer ce métier, il est nécessaire de savoir interpréter des conventions collectives, être au courant des évolutions en matière de droit du travail ou encore savoir comment sont élaborés les plans de formation et comment peuvent être utilisés les comptes personnels de formation (CPF).

Ainsi, en 2016, l'obligation de l'entretien professionnel a donné l'occasion aux entreprises de mettre en place des solutions informatiques pour traiter les données recueillies : un défi que seul le responsable SIRH est à même de surmonter.

Un poste réservé aux grandes entreprises ?

"Pour le moment, la fonction de responsable SIRH est essentiellement présente dans les entreprises de plus de 1 200 salariés. C'est un vrai seuil. A ce niveau-là, elles sont véritablement contraintes de confier la gestion de leurs données RH à un professionnel", note François Geuze.

"Les 500 plus grosses entreprises se battent pour s'arracher les meilleurs"

Si rien n'empêche les entreprises de plus petite taille de recruter ce spécialiste de la donnée, peu sont celles qui osent sauter le pas. "Du fait de la digitalisation des ressources humaines, la plupart des PME possèdent une activité de gestion des données RH, elles sont conscientes des enjeux mais n'ont pas forcément la taille pour mobiliser un professionnel à temps plein. Le plus souvent cette fonction est grossièrement occupée par le responsable paie ou par la DSI qui vient en back up des RH", souligne Alban Bureau. Cette solution n'est pas forcément la meilleure car la gestion de données RH nécessite des compétences très pointues.

Aussi, un nouveau secteur d'activité de e-RH commence à faire son apparition : le conseil en SIRH. "Beaucoup de responsables SIRH travaillent dans des cabinets de conseil. Ils interviennent ponctuellement sur des missions telles que le choix et l'implémentation de logiciels ou encore l'analyse des données", explique François Geuze.

"Un responsable SIRH peut tout à fait devenir DRH"

Finalement, il existe un certain paradoxe : la fonction de responsable SIRH est clairement un métier de niche qui recrute peu, mais dont les grandes entreprises ne peuvent plus se passer. "Et les 500 plus grosses entreprises de France se battent littéralement pour arracher les meilleurs", s'amuse François Geuze.

Pour ces élus, les perspectives d'évolutions professionnelles sont intéressantes. Selon Gérard Piètrement, "ils sont amenés à gérer des budgets de plus en plus importants et à encadrer des équipes de plus en plus nombreuses. Le digital est tellement présent dans les ressources humaines qu'avec une formation continue en droit social, un responsable SIRH peut tout à fait devenir DRH".

 

Et aussi

 

SIRH / E-RH