Préparer sa retraite pour la réussir

Préparer sa retraite Au terme d'une vie professionnelle bien remplie, la retraite offre un fabuleux espace de liberté. Pourtant, la transition peut se révéler difficile.

"Liquider leurs droits", beaucoup de quinquas en rêvent. La retraite tant attendue est pour eux synonyme de repos mérité, de liberté retrouvée et de rêves à concrétiser. Et ils ont raison.

Pourtant, plus qu'une ligne droite vers le bonheur, le départ en retraite constitue un virage serré qu'il convient de bien négocier. "La vie active compte deux périodes capitales : lorsque l'on y rentre et lorsque l'on y sort, résume Brigitte Uccini qui anime une formation sur la préparation de la retraite chez Dale Carnegie. Or, contrairement aux études supérieures qui constituent une préparation de 5 ou 7 ans, il n'y a pas de sas avant la retraite." Après des décennies au turbin, le choc se révèle souvent brutal.

Les pièges de la retraite

Avec la retraite, ce n'est pas seulement un employeur que l'on quitte. Ce sont aussi des collègues, des clients, des fournisseurs... "Pendant la vie active, vous rencontrez des gens tous les jours, rappelle Pierre Vinot, auteur du livre "P... ! Déjà la retraite et je ne suis même pas prêt". Or, 80% à 90% de ces contacts sont liés à l'activité professionnelle".

"Pendant la vie active, 80% à 90% des contacts sont liés à l'activité professionnelle"

Une fois en retraite, le réseau relationnel peut se réduire comme peau de chagrin. Et n'allez pas croire que vos collègues avec qui vous déjeuniez tous les midis resteront vos meilleurs amis. Les liens se maintiendront quelques mois peut-être, mais rapidement, les chemins tendent à s'éloigner.

La vie professionnelle offre aussi une identité, une réponse facile à la question : "Que faites-vous dans la vie ?". Elle impose par ailleurs un cadre, avec des horaires, des contraintes, des challenges...  Un carcan ressenti comme contraignant au quotidien, mais qui fournit à des millions d'actifs une bonne raison de se lever le matin. Un retraité peut parfaitement se dire : "Pourquoi ne pas rester au lit ?" A la manière des lycéens complètement perdus dans le grand bain universitaire, la retraite est un océan de liberté dans lequel il est possible de se noyer à force d'inaction. "Attention : l'évolution est imperceptible mais peut conduire à un rythme de vie complètement plat, met en garde Pierre Vinot. Le repos, c'est bien, mais attention au repos éternel."

L'indispensable réflexion

Pour parvenir à tirer profit des potentialités de la retraite, mieux vaut donc prendre le temps de s'y préparer, idéalement bien avant le pot de départ. Or, cette réflexion est finalement assez rare. "La plupart des retraités n'y pense pas du tout", estime même Brigitte Uccini. Au cours des formations qu'elle anime, elle incite donc les seniors à se pencher sur leur future vie, à se poser les bonnes questions : "Que pourrais-je faire ? Qu'aimerais-je faire ? Que n'ai-je pas osé faire jusqu'à présent ?"

"Que pourrais-je faire ? Qu'aimerais-je faire ? Que n'ai-je pas osé faire jusqu'à présent ?"

Les réponses, bien évidemment, sont aussi variées que les profils. Certains rêvent de s'investir dans le caritatif, d'autres de partir vivre dans le Midi, d'autres encore de s'adonner enfin à la peinture. Peu importe ce qui vous fait envie, vous avez l'embarras du choix. Encore faut-il mener la réflexion jusqu'au bout pour éviter les désillusions. Se lancer dans une association, d'accord, mais laquelle ? Vivre au soleil certes, mais pour faire quoi ? S'installer à la campagne, très bien, mais pour parler à qui ? Certains rêves supportent difficilement d'être confrontés à la réalité.

Une préparation aboutie comporte enfin un volet plus "émotionnel". Le retraité doit certes occuper son temps, en évitant si possible le "remplissage" avec des activités qui ont pour seul mérite de faire passer la journée, la semaine ou le mois. Mais il doit aussi occuper son esprit. Le travail offre des challenges, des stimulations, des soucis aussi. La retraite, pas forcément.  "Ne plus avoir de stress du tout, ce n'est pas souhaitable, sourit Pierre Vinot. Le risque, c'est de présenter un encéphalogramme émotionnel complètement plat." La retraite n'est pas une mort par anticipation, c'est une nouvelle vie.

Autour du même sujet