Les réseaux sociaux et le renouveau de la publicité en ligne

Facebook, Twitter, Snapchat et d’autres apps et/ou réseaux sociaux majeurs ont su ces dernières années attirer des centaines de millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, les réseaux sociaux débordent de créativité et d’imagination afin de rentabiliser leurs services.


La publicité en ligne sur les réseaux sociaux est la tendance forte de cette fin d’année. Depuis octobre 2014, Snapchat, la messagerie éphémère, se lance dans la « publicité cool » d’après Evan Spiegel, PDG de l’entreprise. Leur but est d’incorporer de la publicité dans leur application. Ces publicités prendront la forme de photos et de vidéos diffusées par les annonceurs aux millions d’utilisateurs actifs de l’application mobile
Souvent perçue comme un levier, la publicité permet à une marque de fédérer et de créer une communauté autour de ses produits. Pour cela, Facebook, Twitter ou même LinkedIn ont lancé en trombe leurs propres régies publicitaires : FacebookExchange, LinkedIn Ads et Twitter Ads proposent de monnayer leur visibilité sur ces réseaux sociaux grâce à des critères ciblés.

Facebook Exchange plus performant que Google Adwords ?

Facebook a su développer un modèle de régie publicitaire online très performant, notamment depuis le rachat d’Atlas Solutions à Microsoft en février 2013. : le réseau social compte plus de 1,35 milliard d’utilisateurs exploite au mieux sa puissance pour pousser toujours plus loin la logique du ciblage sur mobile et desktop. Le propos début octobre de Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, à l'occasion de l'Advertising Week 2014 à New York illustre parfaitement cette idée : « Nous pensons qu'environ 40 % de la publicité ciblée, qui repose juste sur l'âge et le sexe, le ciblage en ligne le plus basique, n'est pas adressée aux bonnes personnes ».
Aujourd’hui, Facebook donne la possibilité aux marques d’avoir en main tous les outils pour une bonne campagne de webmarketing. En effet, la plateforme améliore sans cesse son approche en proposant régulièrement de nouveaux boutons  « call-to-action » dans ses pubs qui répondent aux besoins des annonceurs : avant, les publicités cherchaient principalement à ce que les utilisateurs s’abonnent à la page, désormais elles incitent beaucoup à de nouveaux types d’actions comme  cliquer, acheter, réserver, télécharger ou s’inscrire…. C’est ici que se situe une des différences majeures avec la plateforme Google Adwords qui propose depuis toujours à ses annonceurs de rédiger des messages contenant des incitations au clic.

Twitter à la recherche d’un modèle économique viable

A l’instar des autres réseaux sociaux, Twitter a de son côté du mal à monétiser son audience qui compte 271 millions d’utilisateurs dans le monde. Au second trimestre 2014, la firme à l’oiseau bleu a enregistré 145 millions de dollars de perte et cet indicateur est en hausse constante depuis plusieurs mois. Pour tenter de remédier à cette réalité économique, la plateforme a développé un display publicitaire qui intègre de la vidéo en se basant sur des tweets sponsorisés. Cette nouvelle fonctionnalité rentre dans le cadre d’Amplify, un programme où on pouvait déjà sponsoriser de courts extraits de programme de télévision. Ce nouveau produit permet aux marques de promouvoir leurs contenus vidéos sur la « homepage » de chaque utilisateur. Twitter ne facturera les annonceurs que si la vidéo a été lancée par l’utilisateur selon le modèle (Cost Per View).
En conclusion, la publicité web et mobile sur les réseaux sociaux a la part belle et s’accroît avec force et rapidité. La vidéo sur internet affiche de belles et réelles promesses renforcées par la multiplicité de l’équipement (laptop, tablettes, desktop) dans les foyers. Donc rien de surprenant à voir de plus en plus de programmes publicitaires basés sur la vidéo, l’interactivité et le partage se développer.

Microsoft / Google