Laurent Mauriac (Brief.me) "Avec l'infobésité ambiante, il est important de prendre du recul sur les informations qui le méritent"

Le cofondateur de Rue89 lance un nouveau media qui se présente sous la forme d'un e-mail quotidien. Il vise entre 5 000 et 10 000 abonnés à terme.

JDN. Pouvez-vous nous expliquer le concept de Brief.me ?

photo laurent mauriac 250
Laurent Mauriac, co-fondateur de Brief.me. © Brief.me

Laurent Mauriac. Brief.me est un rendez-vous quotidien avec l'information qui se présente sous la forme d'un e-mail faisant le tri dans l'actualité du jour, résumant l'essentiel et hiérarchisant les informations entre elles, pour prendre du recul sur les nouvelles qui le méritent. Brief.me s'adresse de fait aux internautes qui sont aujourd'hui noyés sous un flot d'informations en provenance des réseaux sociaux, des newsletters ou des applications mobile et qui n'ont pas forcément le temps de faire le tri. Dans ce contexte que certains appellent "infobésité", il nous est apparu nécessaire de mettre l'accent sur la sélection des informations et sur la synthèse, en remettant à l'honneur la notion d'édition, de périodicité, par opposition aux flux présentant l'information en continu et de manière indifférenciée.


Ce travail de curation est-il fait manuellement ou avez-vous recours à un algorithme, comme c'est aujourd'hui de plus en plus la norme ?

Nous reposer sur un algorithme pour trier et hiérarchiser l'information nous aurait fait perdre en sérendipité, cette possibilité pour le lecteur de trouver des informations qu'il ne cherche pas. Il ne s'agit pas d'enfermer l'internaute dans un univers, en ne lui proposant que des articles relatifs à son origine géographique ou à ses centres d'intérêts. Le devoir d'informer du journaliste lui impose de réussir à sortir le lecteur de son cocon, pour découvrir d'autres choses. C'est la raison pour laquelle nous n'optons pas non plus pour une personnalisation de l'information. Alors que certains médias promettent d'adapter la diffusion d'informations à la consommation du lecteur, en identifiant au fil des jours les articles qui l'intéressent le plus, nous prenons un chemin à contre-sens de ce raisonnement.


Côté modèle économique, vous avez fait le pari du payant (entre 3,90 et 5,90 euros par mois) au détriment de la publicité. Pourquoi ?

La présence de publicité irait à l'encontre de notre postulat : offrir un rapport calme et apaisé à l'information. Pour cause, les publicités sont très intrusives, notamment sur mobile où la majeure partie de notre audience se trouvera.Quant aux native ads, ces annonces mélangées au rédactionnel, ils nous semblent de nature à introduire une confusion, avec un contenu de marques parfois pas très clairement identifié comme tel..
C'est d'ailleurs également la raison pour laquelle notre site est dépourvu de tout visuel. Le Web est très visuel, pas toujours à bon escient d'ailleurs. Nous préférons ne pas en utiliser : pour nous différencier et rendre encore plus "calme" l'environnement de lecture.

Vous parlez de mobile mais n'avez pas encore lancé d'application... C'est pour bientôt ?

Nous nous concentrons pour l'instant sur l'emailing même s'il s'agit également à terme de lancer une application mobile. Nous avons lancé des premiers test à l'automne suite à une campagne de financement sur Ulule qui nous a permis de lever 22 000 euros. Il est ressorti que les internautes étaient à l'aise ce type de format. 
Nous sommes depuis le début du projet dans une logique de test & learn, En témoigne l'introduction, il y a quelques jours de cela, d'une possibilité de partage des articles, en cliquant sur leur titre. Car si nous sommes un service payant, nous partons du principe que c'est la newsletter dans sa globalité qui constitue la valeur ajoutée de notre offre. De sorte que tous les articles peuvent être partagés et sont accessibles de manière unique. Un moyen également d'inciter les gens à essayer notre offre. 


Justement, combien d'abonnés comptez-vous aujourd'hui ?

Ce sont aujourd'hui 3 300 personnes qui sont abonnés au service. La grande majorité bénéficie pour l'instant de la période d'essai gratuite de 15 jours. Ce n'est que lorsque les premières vagues d'inscrits arriveront au terme de cette période que nous  pourrons vraiment commencer à spéculer sur le nombre d'abonnés qui passent en payant. Il est vrai qu'on part avec assez peu d'indicateurs. Malgré tout, nous espérons arriver à un nombre compris entre 5 et 10 000 abonnés au bout d'un an. 


Brief.me a été cocréé avec Jean-Christophe Boulanger, cofondateur du site Contexte, Damien Cirotteau, ex-directeur technique de Rue89, la journaliste Guillemette Faure, ancienne de Rue89 également et Alexandre Brachet, fondateur du studio de création graphique Upian.

Autour du même sujet