Augmenter les provisions

Le choix d'augmenter les provisions devra pouvoir se justifier dans le cadre d'un contrôle fiscal. © Petr Kurgan / 123rf.com
Le principe est vieux comme le monde : mettre de côté aujourd'hui en vue d'un coup dur demain. Dans la même logique, une entreprise peut placer une partie de ses bénéfices en provisions. Ce faisant, le montant de ses bénéfices imposables diminue ainsi que, de facto, la facture finale à régler à l'administration fiscale. "Attention, ce type de procédés peut parfois conduire le fisc à penser que l'exercice comptable est hasardeux", avertit Antoine Tranchimand, conseiller en gestion de patrimoine. "En cas de contrôle fiscal, il faut pouvoir justifier ce choix et ne jamais augmenter artificiellement les provisions simplement pour réduire l'IS." Les provisions ne doivent servir qu'à payer des charges déductibles à venir importantes, comme par exemple des charges exceptionnelles, et dont on a estimé le montant d'après des événements ayant eu lieu avant la clôture des comptes.