La SNCF décentralise son contrôle de gestion social

Avec ses 160 000 salariés, le groupe ferroviaire a confié la gestion du pilotage de la masse salariale à ses branches et entités opérationnelles. Un processus qui s'articule autour de l'outil Webfocus d'Information Builders.

La SNCF s'est engagée depuis plusieurs années dans une démarche de responsabilité accrue donnée aux acteurs de terrain, privilégiant les approches marchés Fret, Voyageurs, Transport public et Infrastructure. La direction centrale se focalisant sur la stratégie, les activités par domaines prennent petit à petit leur autonomie. Aux côtés de la gestion des budgets, elles se sont vues plus récemment confier le pilotage de la gestion de la masse salariale, processus jusque-là centralisé et prenant en compte les 160 000 salariés du groupe.

Le coup d'envoi du projet est lancé en mars 2007. "Il nécessitait le choix d'une solution de reporting pour pouvoir mettre à la disposition des branches et des entités opérationnelles les moyens de disposer, simplement et en temps réel, des informations nécessaires à leur contrôle de gestion social", commente Arnaud Kohler, responsable du contrôle de gestion social de la SNCF.

Le groupe décide de mettre en œuvre WebFocus d'Information Builders, solution d'ores et déjà éprouvée en interne sur d'autres projets. "A la fois mature et robuste, cette technologie présentait toutes les fonctions standards que nous recherchions. Elle est aussi suffisamment intuitive pour être facile à prendre en main", note Arnaud Kohler, avant d'insister sur "l'indépendance de la société Information Builders". Pour le responsable, cette caractéristique est gage d'une plus grande proximité de l'éditeur avec ses clients, et donc d'une meilleure capacité de réaction, comparé notamment à la qualité de services des grands fournisseurs.

"Nous voulions que WebFocus s'adapte à notre base, et pas l'inverse", Arnaud Kohler - SNCF)

Au centre des enjeux techniques du projet, le déploiement du nouvel outil nécessitait la reprise d'un entrepôt de données existant (reposant sur IBM DB2). Dessiné pour consolider les informations sociales en provenance des systèmes comptables et RH, ce serveur devait pouvoir constituer le socle de l'application de reporting.

"Nous avons pris parti de faire appel à une SSII qui n'était pas intégrateur du produit", explique Arnaud Kohler. "Nous avons formé le prestataire à la solution ainsi qu'à notre existant car nous voulions que WebFocus s'adapte à notre base, et pas l'inverse." Une stratégie qui, pour la SNCF, présentait comme principal avantage d'éviter d'avoir à se lancer dans un chantier de remise à plat de l'infocentre. "Ce que nous aurait imposé un intégrateur pour avoir une structure de données entrant dans sa logique", estime Arnaud Kohler.

L'outil est déployé en octobre 2007. Souhaitant aller vite, la SNCF lance un premier noyau intégrant les données relatives aux admissions, cessations, ainsi qu'aux absences et à la rémunération. Une deuxième version a été lancée depuis. Elle étend le système aux informations sur les promotions internes et les congés. WebFocus permet de restituer ces données sous la forme de rapports automatisés. Des tableaux utilisés à la fois pour effectuer le suivi de la masse salariale et réaliser le tableau de bord du suivi mensuel de la politique RH de l'entreprise.

Le bilan est globalement positif, la solution ayant servi de base pour sensibiliser les acteurs à la problématique de la masse salariale. Mais l'accompagnement du changement se poursuit, des habitudes ayant été prises par certains utilisateurs quant au recours à "des circuits plus ou moins officiels" de suivi de la masse salariale. "Ce travail est néanmoins facilité par le caractère intuitif de l'outil qui ne nécessite pas plus de 1/2 heure de formation", conclut Arnaud Kohler.

 

Le projet en bref
Source : JDN Solutions
SociétéSNCF
SecteurTransport
Type de projetReporting social
Solution choisieWebFocus (Information Builders)
Mise en productionOctobre 2007

Autour du même sujet