Imprimante 3D de pièces en métal : un produit open source mis au point

L'Université du Michigan a mis au point une imprimante 3D capable d'imprimer des pièces en métal et non en plastique. Elle tourne sur un système d'exploitation Linux.

Le marché de l'imprimante 3D est florissant et devrait dépasser les 400 millions de dollars de chiffre d'affaires cette année (lire l'article : Imprimante 3D, chiffre d'affaires, nombre de ventes...). Mais alors que jusqu'à présent les modèles d'imprimantes 3D capables d'imprimer des pièces en métal étaient proposés à des tarifs exorbitants, leur prix pourrait bien chuter sous peu.

C'est ce que tend à démontrer l'Université du Michigan qui a mis au point un modèle d'imprimante 3D d'objets en métal, dont le coût de fabrication n'a pas dépassé 1 500 dollars. Pour parvenir à réduire les coûts, en particulier logiciel, l'Université a notamment crée une interface logiciel open source permettant de gérer et contrôler l'impression via un ordinateur Linux.

Reste qu'entre un coût de fabrication et le coût final du produit proposé aux consommateurs finaux, le fossé peut être grand. Toutes choses égales par ailleurs, il n'y a qu'à voir ce qui se pratique sur le marché des smartphones : alors qu'un iPhone 5S coûte 199 dollars à fabriquer, il est vendu 699 euros en France...

Linux / Systèmes d'exploitation