Open Source : décryptage

Très tôt choisis par les administrations, les logiciels libres et Open Source se diffusent désormais en entreprise, à presque tous les étages. Définition du concept.

 Qui développe les logiciels libres ?
C'est le projet GNU, initié par Richard Stallman et développé par des hackers, qui est à l'origine des logiciels libres, dès 1984. De très nombreuses communautés de développeurs, dont des fondations, se sont ensuite créées dans le monde, composées de bénévoles, d'étudiants, de chercheurs, etc. Elles ont ensuite évolué - pour certaines - vers des ensembles de contributeurs constitués en société.

 
 Comment est-il possible que les logiciels libres soient compétitifs par rapport aux solutions propriétaires ?
Développés selon un mode de travail collaboratif, les logiciels libres sont élaborés grâce aux contributions des membres de la communauté. Un core team - composé de contributeurs de haut niveau et souvent porté par des éditeurs ou des sociétés de services spécialisés - effectue les contrôles assure la cohérence et la qualité des développements. Cette organisation permet de produire des logiciels dont le coût est limité et la technicité élevée. De plus, la communauté joue un rôle important dans le déboguage (d'autant plus rapide que les contributeurs sont nombreux) des nouvelles versions, assurant un contrôle qualité à (parfois) grande échelle et réactif.
  
 La gratuité du droit d'utilisation masque-t-elle des coûts cachés, et si oui lesquels ?
Une fois un package acheté ou une distribution téléchargée, des compétences pointues en termes notamment d'intégration sont le plus souvent nécessaires. Des coûts de formation, de support et de mise à jour sont également à prévoir, à moins de posséder ses propres équipes en interne, ce qui constitue une autre forme de dépenses (fixes). D'une manière générale, les coûts sont déportés vers le service.
  
  Les services d'intégration autour du logiciel libre sont-ils arrivés à maturité en France ?
Dans l'hexagone, des sociétés de services spécialisées dans les logiciels libres (SSLL) se sont créées. Au fil des années, elles se sont dotées d'équipes capables de maintenir des offres de solutions Open Source tant dans les domaines de l'infrastructure IT que des applications métier (serveur, ERP, e-commerce, Business Intelligence...).

Les grandes SSII ont aussi senti le vent tourner, et ont pris le train en marche avec un certain succès. Des fournisseurs tels que IBM, Oracle, HP ou Dell fondent eux aussi une large partie de leur stratégie sur Linux et les logiciels libres. Globalement, l'offre est donc variée.

 D'un point de vue juridique, que valent les licences des logiciels libres ?
Les licences - notamment la GPL - offrent un cadre légal très précis aux logiciels libres. Des tribunaux ont reconnu leur validité. Cela étant, l'utilisateur doit être particulièrement vigilant au statut des composants estampillés "logiciels libres" qui lui sont fournis et à l'obligation de redistribution des développements qu'il effectue, sauf à se procurer des composants sous une autre licence (BSD par exemple). Par ailleurs, la licence GPL n'implique aucunement un support de l'auteur, et encore moins une garantie contre d'éventuels problèmes.

 

Open source