Christophe de Bueil (Robert Half Technologie) "Les métiers liés à l'exploitation de la data ont le vent en poupe"

Suite à la parution de son étude de rémunération 2015, décryptages des tendances observées par le cabinet de recrutement Robert Half Technologie.

JDN. Selon votre dernière étude de rémunérations, parue il y a quelques jours, presque tous les métiers de l'informatique ont vu leur salaire moyen progresser cette année. Dans la partie "Digital - E-marketing" reproduite ci-dessous, des profils comme ceux de SEO, Web Analyst ou Trafic Manager affichent même des hausses annuelles de rémunération spectaculaires, de plus de 20%. Comment l'expliquez-vous ?

christophe de bueil robert half 275
Christophe de Bueil, Division Manager de Robert Half Technologie. © Robert Half

Christophe de Bueil. Il peut y avoir plusieurs explications différentes selon les métiers. Concernant les trois profils que vous citez en exemples, nous constatons que beaucoup d'entreprises décident désormais d'internaliser ces compétences, auparavant traitées par des agences ou des tiers. Cette décision représente un changement structurel fort pour ces entreprises, et il débouche sur la création de CDI, qui, évidemment, font un appel d'air sur le marché. Je précise que cette tendance n'est pas anodine : 80% de l'activité de Robert Half Technologie est réalisée aujourd'hui sur des créations de postes... Et évidemment, cette croissance de la demande de la part des recruteurs entraine une tension sur le marché de l'emploi, car elle est en décalage avec l'offre.

La hausse des salaires que vous évoquez peut aussi être due au fait que les recruteurs sont aujourd'hui à la recherche d'expertise. Si auparavant, un responsable trafic pouvait faire un peu de web analytics ou de SEO, aujourd'hui, les recruteurs veulent des vrais spécialistes sur ces disciplines. Ils acceptent de créer un poste, mais ils veulent pouvoir embaucher les meilleurs dans leurs domaines.

Plus globalement, dans l'étude dans son ensemble, il y a aussi de belles augmentations pour de nombreux profils liés à la data. D'ailleurs, beaucoup de ces profils sont récents, voire nouveaux : Data Scientist, Chief Data Officer, Architecte Data...

La data est devenue essentielle. Il y a une mutation qui s'opère, faisant passer les entreprises d'un modèle "product centric", gravitant autour du produit, à un modèle "customer centric", centré sur les attentes des clients. Or, la data joue un rôle crucial dans ce nouveau modèle : c'est elle qui permet d'analyser le comportement des clients, et c'est donc elle qui révèle aussi leurs attentes.

"Les entreprises se rendent compte qu'elles sont assisses sur un tas d'or : la data"

Avec toutes ces données à leur portée à exploiter, les entreprises sont en train de se rendre compte qu'elles sont assises sur un tas d'or. Et elles cherchent aujourd'hui, logiquement, à raffiner ces données, comme on raffine le pétrole... C'est pour cela qu'elles sont nombreuses à vouloir recruter ces nouveaux profils spécialistes de la data, Data Scientist, Chief Data Officer, Data Architect... Tous ces métiers liés à la data, qui se situent d'ailleurs à divers niveaux de la hiérarchie d'une entreprise, ont clairement le vent en poupe.

La bonne exploitation de cette data doit également permettre aux entreprises de transmettre le bon message, au bon moment, à la bonne personne et par le bon canal. C'est une promesse qui les fait beaucoup rêver actuellement, et qui peut les pousser à vouloir se lancer dans de gros projets de CRM. Elles peuvent donc aussi, en conséquence, avoir besoin de profils spécialisés dans le CRM. Maitriser le cross canal représente globalement encore un enjeu important, et pousse de nombreuses entreprises à recruter.

Est-il réducteur de dire que, sur le marché de l'emploi informatique, cette quête d'experts de la data est actuellement la nouvelle tendance la plus forte des recruteurs ?

Disons que c'est en effet une tendance forte que je peux observer. Il y en a évidemment d'autres. Je constate aussi par exemple que l'innovation s'internalise de plus en plus. Je commence en effet à voir des projets de recrutement concernant des candidats capables de piloter la stratégie d'innovation d'une entreprise. Ce "Chief Innovation Officer" est chargé de développer des partenariats avec des start-up, et doit être capable d'impulser des projets innovants. Sa mission est aussi de sensibiliser ses collègues pour que leur entreprise puisse gagner en agilité. C'est un poste qui veut aussi répondre à un problème souvent rencontré dans les grandes entreprises : leur manque d'agilité.

digital robert half j
Extrait de l'"Etude de rémunérations 2015" de Robert Half. © Robert Half

Recrutement / Rémunération