Les 5 femmes les plus puissantes de l'informatique

Parmi les 100 femmes les plus puissantes de la planète, Forbes fait apparaître de nombreuses figures du secteur informatique. Zoom sur celles qui sont en tête.

Habitué des classements, le magazine américain Forbes vient de publier celui des 100 femmes les plus puissantes dans le monde. Ses critères : la fortune, la présence médiatique, y compris sur les réseaux sociaux, mais aussi l'influence sur leur industrie et leur portée internationale. Voici, sur les 100 personnalités retenues par Forbes, les cinq femmes les plus puissantes liées au secteur informatique.

 

1 - Melinda Gates (Bill & Melinda Gates Foundation)

Bénéficiant de la richesse et de la notoriété de son illustre mari Bill Gates, personnalité sans doute la plus connue dans le monde IT, Melinda Gates, 48 ans, est en quatrième place dans le classement général dressé par Forbes des femmes les plus puissantes – derrière Angela Merkel, Hillary Clinton et Dilma Rousseff. Ancienne employée Microsoft, en charge notamment de l'encyclopédie Encarta, Melinda Gates est aujourd'hui à la tête de la Fondation de bienfaisance Bill & Melinda Gates Foundation. Cette dernière a pu investir plus de 25 milliards de dollars dans l'éradication de la pauvreté, l'éducation ou la santé dans le monde.

 

2 - Virginia Rometty (IBM)

Virginia Rometty, 15e au classement général de Forbes, est arrivée aux commandes d'IBM en octobre dernier, après 30 ans de bons et loyaux services au sein de Big Blue. Jamais une femme n'avait encore dirigé le géant centenaire de l'informatique. Elle pilote aujourd'hui la présence du groupe dans plus de 170 pays dans le monde. Sa priorité : tirer la croissance du groupe en se positionnant plus que jamais sur les marché du Cloud et de l'Analytics. Pour mémoire, "Ginni" Rometty, 54 ans, a rejoint IBM en 1981 en tant qu'ingénieur système. Elle a depuis gravi tous les échelons en interne, réussissant notamment l'intégration de PricewaterhouseCoopers Consulting, acquis 3,5 milliards de dollars en 2002.

 

3 - Ursula Burns (Xerox)

En prenant la tête de Xerox en 2009, Ursula Burns, s'est fait remarquer en étant la première femme afro-américaine à prendre la tête d'une société du Fortune 500. Belle consécration pour celle qui est entrée chez Xerox comme stagiaire à l'été 1980. Sa position et son parcours lui permettent aujourd'hui de voir certaines de ses prises de position, contre le machisme notamment, bien relayées outre-Atlantique. Aujourd'hui, Ursula Burns, 53 ans, s'attèle à conforter le repositionnement de Xerox qui s'éloigne de la vente d'imprimantes pour les services.

 

4 - Meg Whitman (Hewlett-Packard)

Avoir contribué, pendant dix ans, au succès d'eBay a sans doute aidé Meg Whitman à prendre la tête d'HP il y a un an, au moment où le leader de la vente de PC dans le monde traverse une grave crise d'identité. Cette femme d'influence, très riche à la fois grâce à ses actions d'eBay mais aussi son salaire à la tête d'HP, s'est également fait connaître en essayant de devenir en vain gouverneur de Californie en 2010. Autant de faits qui justifient sa présence parmi les 20 femmes les plus puissantes dans le monde, en tenant la 18e place dans le classement Forbes.

 

5 - Safra Catz (Oracle)

48e femme la plus puissante selon Forbes, Safra Catz, 50 ans, est co-présidente d'Oracle depuis 2004. En tant que directrice financière, c'est aussi elle qui présente régulièrement les résultats financiers, souvent performants, d'Oracle. Elle a d'ailleurs prévenu récemment la presse qu'Oracle devrait bientôt annoncer la meilleure marge opérationnelle de son histoire. Lors de sa carrière chez Oracle, elle aura pu superviser les rachats de Taleo (1,9 milliard de dollars) mais aussi celui de Sun (7,4 miliards), l'une acquisitions les plus marquantes de l'histoire informatique.

IBM / Xerox