Le Pop est mort ! Vive la messagerie 2.0

A l'heure où l'ensemble du secteur se passionne pour le Web 2.0 et les réseaux sociaux, un outil est en train de vivre sa révolution : la messagerie, qui n'a plus grand chose à voir avec celle de vos débuts.

Malgré son caractère indispensable, très peu d'investissements sont aujourd'hui réalisés dans le domaine de la messagerie. Le seul nouveau produit ayant vraiment apporté un peu d'innovation est Zimbra.

Ces produits entraînant des changements importants au niveau du poste de travail, peu de DSI sont enclins à investir lourdement en formation pour abandonner un Outlook despotique. Du côté de Microsoft et sa solution Exchange, la nouvelle version mise sur la mobilité pour concurrencer la pénétration de RIM.

 

Or, aujourd'hui, le point critique de la messagerie reste son administration et son exploitation. Combien de fois sommes nous appelés en "pompier" pour dépanner une PME dont le serveur est planté depuis plusieurs jours ! Microsoft ne s'y trompe pas d'ailleurs en mettant en avant son offre Hosted Exchange pour les PME.

L'exploitation d'une messagerie devient une spécialité à part entière que seuls les grands groupes peuvent se permettre de gérer en interne. Et les utilisateurs demandent de plus en plus de services à leur messagerie : accès depuis des PDA, intégration des outils collaboratifs, etc.


Alors, que sera la messagerie de demain ?

 

·          Une messagerie connectée en permanence basée sur les protocoles l'IMAP ou équivalents, permettant un accès en tous lieux et avec n'importe quel outil,

·          Une messagerie ouverte et inter-opérable pour permettre de conserver un existant (le fameux Outlook), mais aussi capable de travailler avec des terminaux hétérogènes. Signalons d'ailleurs à ce sujet l'avènement du protocole OMA (ex-SyncML) qui permet d'adresser plus de 750 000 terminaux (dont, soyez rassuré, votre cher BlackBerry),

·          Une messagerie ou un client léger ("Web based") n'aura rien à envier en termes d'interfaces aux logiciels actuels,

·          Une suite collaborative où vous pourrez partager votre agenda, vos contacts et autres informations personnelles sans contrainte matérielle.

 

Mais cette évolution s'accompagne de contraintes

La continuité de service est essentielle, tout comme le téléphone, la moindre coupure de service désorganise l'entreprise. La conservation des données est tout aussi critique car il n'est plus possible de sauvegarder facilement les fameux "Outlook.pst" qui deviennent obèses. Enfin, le classement de l'information devient un enjeu. Comment retrouver après plusieurs années de mails la bonne information au bon endroit ?

 

Sans oublier bien évidemment  la sécurité. Il y a 5 ans, acheter un service anti-spam relevait du gadget, aujourd'hui c'est indispensable. A ce jour, ce que nous voyons arriver est de la cosmétique, certes intéressante mais qui ne résout pas les problèmes d'exploitation voire, au contraire, la fragilise.

 

De nouveaux protocoles sont ainsi en train d'arriver. Pour la publication d'Agenda, l'utilisation du protocole Webdav permettrait une publication plus aisée des informations et une meilleure interopérabilité entre les outils. Pour les PDA, nous l'avons vu plus haut, le standard OMA commence à se déployer. Et pour la sécurité  de nouveaux protocoles (SPF, "Pull Mail"... ) en cours d'élaboration ont pour objectif de limiter le flux de messages indésirables.

 

Une fois tous ces chantiers réalisés, il nous restera à bien communiquer avec les outils propriétaires traditionnels. Puis viendra le temps où il faudra accompagner le changement de comportement de nos utilisateurs et mettre en oeuvre une classification  organisation de l'information et organiser son archivage.

Comme nous pouvons le voir, nous ne sommes qu'à l'aube de la messagerie 2.0 et même si, par son évangélisation, Google nous aide tous, il nous reste un travail de fond : accompagner nos clients afin que nous ne puissions douter de la productivité apportée par la communication électronique.

Autour du même sujet