Réseaux SAN et PME : choisir la solution adaptée

Les entreprises de toutes tailles sont logiquement amenées à stocker des quantités d’informations de plus en plus importantes. Ce flot de données reflète certes les gains de productivité induits par les investissements informatiques mais pose aussi un réel défi aux sociétés de taille moyenne, en termes de budget et de ressources humaines.

De la petite entreprise au grand groupe international, tous doivent aujourd’hui disposer d’une infrastructure de stockage fiable. À l’heure où la numérisation des communications et des processus n’a de cesse de s’accélérer, les entreprises de toutes tailles sont logiquement amenées à stocker des quantités d’informations de plus en plus importantes.

Ce flot de données reflète certes les gains de productivité induits par les investissements informatiques mais pose également un réel défi aux sociétés de taille moyenne, en termes de budget et de ressources humaines.

Plus une entreprise déploie d'éléments de stockage, plus ses coûts d'exploitation risquent d'être élevés ; plus une entreprise investit en infrastructures de stockage, plus ses collaborateurs vont les utiliser pour stocker leurs données professionnelles (et personnelles).

De toute évidence, la croissance non maîtrisée des capacités de stockage n'est pas une option et dans le même temps, toutes les tentatives de restrictions imposées par la direction de l'entreprise ne pourront raisonnablement suffire pour résoudre le problème.

Toujours plus gourmandes en stockage, de nouvelles applications continueront de faire leur apparition sur le marché, et dans un contexte marqué par une « électronisation » croissante des processus - et notamment des processus de conformité -, l'augmentation constante des capacités de stockage apparaît inéluctable.

 

Dans ce contexte, que doit donc faire une entreprise de taille moyenne ? Généralement, les PME ne disposent pas du budget ou des ressources humaines suffisantes pour soutenir la croissance de leurs besoins en stockage ou pour investir dans des dispositifs de stockage haut de gamme, contrairement aux grandes entreprises.

 

À l'heure actuelle, la plupart des PME décident de déployer des serveurs de taille modeste, dotés de dispositifs de stockage à connexion directe (DAS), avant d'y adjoindre des serveurs supplémentaires pour faire face au développement de l'activité et à l'augmentation associée du volume de données.

Une approche qui présente un inconvénient : chaque serveur disposant d'une capacité de stockage qui lui est propre, le fait d'y adjoindre un nouveau serveur rend également nécessaire l'achat et l'administration de nouvelles capacités de stockage.

 

Cette relation directe entre serveur et stockage favorise le développement d'îlots de données, disséminés à tous les niveaux de l'entreprise et dont les taux d'utilisation peuvent varier d'un point à l'autre du réseau. Un serveur de fichiers et un serveur d'impression peuvent, par exemple, fonctionner à 20 ou 30 % de leur capacité tandis qu'un serveur de messagerie peut, dans le même temps, fonctionner à 75 % de sa capacité.

Une fois arrivé à saturation, le serveur de messagerie doit être mis à niveau ou remplacé alors que d'autres appareils ne sont pas exploités au maximum de leurs capacités de stockage. Dans cette configuration, chaque nouvelle installation de serveur a pour effet d'augmenter la capacité de stockage non utilisée , d'où une infrastructure de stockage non consolidée, sous exploitée et globalement inefficace.

 

La solution DAS de stockage à connexion directe présente également d'autres contraintes pouvant nuire au bon développement d'une entreprise. Le calibrage de fonctions d'administration aussi importantes que la sauvegarde des données peut s'avérer problématique et nécessite généralement l'installation d'un nombre de serveurs encore plus importants pour augmenter la capacité de stockage.

Dans ce cas de figure, la nécessité de contourner le LAN pour déplacer les données réduit de manière significative les avantages propres à la connexion directe.

 

Autre inconvénient : cette approche peut entraîner l'encombrement du réseau et avoir un impact négatif sur ses performances. La sauvegarde de données à l'aide de systèmes DAS peut surcharger le réseau LAN pour une raison simple : en mobilisant les serveurs, les périphériques de sauvegarde centralisés entraînent une augmentation du trafic réseau.

 

Heureusement, les entreprises qui doivent faire face à une augmentation de leurs besoins en stockage ont d'autres alternatives que celle du stockage à connexion directe. Comparativement aux systèmes à connexion directe, les solutions de stockage partagé sont devenues économiques, performantes, plus simples à installer et à administrer. Autrefois réservées aux grandes entreprises, ces technologies sont désormais, de façon très réaliste, à la portée des PME.

 

Le réseau de stockage SAN (Storage Area Network) d'entrée de gamme constitue à l'heure actuelle la meilleure architecture de stockage partagé pour les entreprises de taille moyenne.

Désormais disponibles à des niveaux de prix adaptés aux budgets informatiques des PME, les réseaux SAN peuvent être facilement déployés pour les applications de stockage de fichiers. Ils suppriment la relation directe entre les serveurs et les lecteurs, d'une part, et autorisent le partage des capacités entre les différents points du réseau de l'entreprise, d'autre part.

 

Pourquoi un réseau de stockage SAN d'entrée de gamme constitue-t-il l'alternative la plus raisonnable pour une PME à forte croissance ?

 

Les PME sont à la recherche de solutions réseau conviviales leur permettant de stocker des données pouvant être partagées entre plusieurs applications, qu'il s'agisse des applications de messagerie, de bases de données relationnelles ou de toute application propre aux TPE comme les serveurs Exchange et SQL.

 

Le stockage partagé à travers un réseau de stockage SAN d'entrée de gamme facilite la tâche des équipes informatiques de l'entreprise en leur permettant de gérer les capacités de stockage de l'infrastructure à partir d'un seul et même dispositif centralisé. Il devient également beaucoup plus simple d'augmenter la capacité de stockage ou de la répartir entre des applications et des environnements opérationnels.

 

Un réseau de stockage SAN peut également être une étape de transition avant que l'évolution des besoins ou la réussite de l'entreprise ne nécessite le déploiement d'un environnement SAN plus robuste et doté d'un plus grand nombre de fonctionnalités.

 

Cette approche présente également d'autres avantages. Le partage des données via un réseau SAN permet tout d'abord aux entreprises de satisfaire à des normes plus sévères en matière de sauvegarde et de restauration des données. Autre avantage : on observe une augmentation significative des performances, du fait de l'élimination des charges de traitement réparties entre les serveurs et des « résidus » générés par les systèmes de stockage à connexion directe.

 

Avec le DAS, les PME se trouvaient contraintes d'investir dans de nouveaux serveurs ou lecteurs. L'environnement SAN permet, en revanche, de réduire le nombre d'installations d'applications sur les différents noeuds du réseau. Les réseaux SAN résolvent le problème de « sous-exploitation » propre aux environnements DAS en améliorant le taux d'utilisation des capacités de stockage de moins de 50 % à 80%.

 

Mais les économies en investissements matériels et logiciels ne sauraient constituer les seuls avantages de cette approche : les équipes informatiques peuvent en effet administrer 6 à 8 fois plus de données dans un environnement partagé que dans un environnement à connexion directe ; en outre, le stockage partagé offre souvent des fonctionnalités supérieures en matière de protection de données.

 

Choisir son interface

 

Si vous êtes dirigeant d'une petite ou moyenne entreprise et si vous envisagez la refonte globale de votre infrastructure de stockage, quelles alternatives devez-vous donc prendre en considération ?

 

La technologie Fibre Channel (FC) domine actuellement le marché des solutions SAN et devrait conserver son leadership sur le marché des grandes entreprises où la performance, la distance et l'évolutivité constituent des critères de choix stratégiques. Toutefois, les infrastructures Fibre Channel peuvent représenter des niveaux d'investissements élevés pour une PME, notamment au niveau de l'installation et de la maintenance.

Dans le même temps, la technologie SAS (Serial Attached SCSI) n'a de cesse de convertir un nombre croissant d'entreprises. Cette technologie offre un niveau exceptionnel de performance et d'évolutivité au niveau local. Économique, elle n'en demeure pas moins simple d'utilisation, autorise une large bande passante et donc des temps de latence réduits.

SAS constitue une excellente solution pour connecter directement différents serveurs locaux à un seul et unique dispositif de stockage. SAS présente également l'avantage d'être compatible - en toute transparence - avec les périphériques SATA, d'où une meilleure protection des investissements sur le long terme au fur et à mesure que les besoins de l'entreprise en matière de stockage évoluent et s'amplifient.

 

Parallèlement aux deux technologies susmentionnées, iSCSI s'est également imposée comme une technologie d'interconnexion conviviale et abordable. Cette technologie permet de consolider l'infrastructure de stockage en s'appuyant sur les réseaux IP existants.

D'une portée étendue, elle ne présente aucune contrainte particulière en matière de distance et présente l'avantage d'être immédiatement opérationnelle, d'où des besoins en formation réduits voire nuls. La technologie ISCSI s'avère être une alternative SAN économique.

Elle constitue la solution idéale pour les PME qui souhaitent faire évoluer leur infrastructure de stockage à connexion directe et qui sont particulièrement sensibles aux critères de prix, de performance et de disponibilité des équipes informatiques.

 

Les PME peuvent aujourd'hui choisir parmi différentes solutions SAN conviviales et économiques, leur permettant de déployer des infrastructures de stockage plus souples et plus évolutives.

En déployant un réseau SAN offrant des capacités de stockage bien calibrées, toute PME peut accroître immédiatement son taux d'utilisation, réduire ses coûts et ce, tout en posant les fondations d'une solide infrastructure informatique, au service de la croissance et du développement de ses activités.

Autour du même sujet