Le Wi-Fi, un impératif économique au secours des budgets informatiques

En période de crise, les budgets des DSI restent stables, lorsqu’ils ne sont tout simplement pas en repli. Par ailleurs, les entreprises sont obligées de scruter leur réseau et de se demander s’il n’est pas surdimensionné, tant au niveau de l’infrastructure que des coûts qu’il génère.

Face à ce constat, les entreprises s'orientent davantage vers les réseaux sans fil 802.11n, en tant que principal levier d'économies sur les investissements et les charges d'exploitation. La migration vers le sans-fil est désormais répandue : les réseaux sans fil sont sécurisés, ils répondent aux collaborateurs qui demandent de la mobilité au sein des espaces de travail, et sont sources d'économies importantes même lorsque déployés en complément d'un réseau sans fil existant, à l'occasion de projets de rationalisation notamment (ou Rightsizing en V.O.)

 

L'adoption généralisée des équipements WPA2/802.1x a balayé les carences des protocoles sans-fil de génération précédente. Il est désormais reconnu qu'un réseau sans fil déployé dans les règles de l'art est plus sécurisé qu'un réseau filaire qu'il remplace. Denis Corée, le DSI du Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris le résume d'ailleurs bien : "L'un de mes objectifs est de doter notre réseau filaire d'un niveau de sécurité comparable à celui de notre réseau sans fil ".


30% au moins des PC d'entreprise sont compatibles au 802.11n


Les organisations qui ont déployé des réseaux sans fil se rendent compte que les utilisateurs passent rapidement de leur connexion filaire au sans-fil. Les cycles de renouvellement de PC garantissent désormais que 30% au moins des PC d'entreprise sont compatibles au 802.11n, un chiffre qui devrait progresser de 25% par an. Les utilisateurs du sans-fil sont plus productifs avec cette technologie conviviale : c'est le cas notamment pour cette université américaine qui a déployé un réseau sans fil au cours de l'été 2008 et constaté une hausse du trafic sans fil de 25% sur le semestre suivant, alors que le trafic filaire ait chuté de 10% sur la même période.


Le constat est similaire pour les entreprises : Microsoft dispose d'un des plus importants réseaux sans fil dans le monde, avec plus de 12 000 points d'accès installés, et les trois quarts de ses collaborateurs utilisent le réseau sans fil quotidiennement. Notons que 70% de ces collaborateurs pensent que le sans-fil leur permet un gain de temps d'au moins cinq heures par semaine.

 

Les infrastructures Wi-Fi sont plus économiques que les réseaux filaires traditionnels. Un point d'accès 802.11n prend en charge de 20 à 30 utilisateurs et revient à environ 1500 euro une fois installé (coûts de câblage et de commutation compris), contre 25 000 euro de coût de câblage et de commutation pour un réseau filaire à charge équivalente.

 

Signe des temps, la majorité des dirigeants d'entreprises incitent désormais leurs directions informatiques à se pencher sur des accès sans fil à l'occasion de déménagement d'entreprise par exemple. L'expérience de cette multinationale du conseil constitue un cas d'école pour les entreprises qui s'interrogent sur les avantages du sans-fil : à l'occasion du déménagement de ses 2 800 collaborateurs vers son nouveau bureau de 60 000 mètres carrés, ce cabinet de conseils comptait déployer 50 commutateurs filaires et 260 cartes réseau à 48 ports. Cet investissement lourd a été finalement remplacé par un réseau sans fil pervasif de 260 points d'accès 802.11n, avec, à la clé, des économies de 1,7 millions d'euro et un allégement prévisionnel des coûts d'exploitation annuels de 500 000 euros.


L'investissement plus modéré que propose un réseau sans fil est un avantage majeur pour toute organisation qui déménage. Cependant, même les organisations dotées d'une infrastructure filaire peuvent bénéficier d'économies importantes en matière de coûts d'exploitation.

 

En effet, selon plusieurs estimations, les ports Ethernet non-utilisés représenteraient de 20 à 40 % de l'ensemble des ports des commutateurs. Cette sous-optimisation est le résultat naturel d'une surcapacité liée à la conception des commutateurs (une entreprise qui a besoin de 100 ports doit par exemple déployer 3 commutateurs à 48 ports), ou d'utilisateurs qui n'informent pas leurs équipes informatiques lorsque des ports Ethernet ne sont plus utilisés.


40% des ports pas utilisés


Une université américaine a ainsi récemment étudié le taux d'utilisation de son réseau filaire pour découvrir que 40% des ports n'étaient tout simplement pas utilisés. Sur la base de ces résultats, l'université n'a remplacé que 60% d'entre eux à l'occasion de la mise à jour de ses commutateurs. Les économies réalisées ont été investies dans le déploiement d'un réseau Wi-Fi pervasif constitué de plus de 2 000 points d'accès 802.11n.

 

Ces deux exemples soulignent des économies générées sur les coûts matériels et, avant tout, une réduction importante des charges de maintenance des commutateurs. Cette maintenance, souvent facturée à hauteur de 15% du prix liste, constitue au final une dépense importante...mais souvent négligée dans le cas des réseaux filaires. Ainsi, un commutateur d'entreprise classique à 48 ports commercialisé à un prix liste d'environ 10 000 euros entraîne un coût de maintenance de l'ordre de 1 500 euros par an. Lorsque des ports sont identifiés comme inactifs, ils peuvent être retirés du programme de maintenance et ainsi générer des économies substantielles.

 

Les économies s'effectuent également lors des opérations de déplacement ou d'ajout d'utilisateur.  La majorité des grandes entreprises estiment ces coûts à entre 1000 et 1500 euros par utilisateur déplacé sur un réseau filaire. Ces coûts proviennent généralement des prestataires, du câblage, et de la reconfiguration des ports et des VLAN. Ces charges, tout simplement inexistantes avec les réseaux sans fil, sont autant d'économies réalisées. Certaines organisations se contentent de déplacer leurs collaborateurs environ une fois par an. Cette fréquence est souvent plus élevée pour les entreprises en forte croissance, ce qui creuse davantage leurs budgets.

 

Les avantages du sans-fil sont désormais bien connus et matérialisés. Les utilisateurs sont séduits par cette technologie et la préfèrent souvent à un réseau filaire. Enfin, la quête de productivité et la poursuite des économies sont des priorités actuelles qui rendent le déploiement d'un réseau sans fil d'autant plus prioritaire et pertinent pour toutes les entreprises, quelle que soit leur envergure.

Autour du même sujet