Logiciel libre / Open Source : l'innovation ouverte en point de mire

Vu son rythme de croissance exponentiel, la logique Open Source pourrait devenir devenir la référence, et l'édition propriétaire un phénomène à la marge. Le Libre permet aux entreprises européennes d'économiser 36% de leur R&D en logiciel pour mieux investir ailleurs.

"Si on ne paie pas un logiciel, alors qui finance son développement ?" Qu'on se la pose soi-même ou qu'elle sorte de la bouche d'un décideur, cette question reste trop fréquemment posée. Au delà de l'anecdote, elle révèle une incompréhension des fondements économiques du Libre préjudiciable à nombre d'entreprises, car elle les cantonne dans un schéma d'innovation vieillissant.

Le Gartner Group estime que les grands organismes font appel au logiciel libre pour 80% de leurs besoins d'infrastructure. L'étude FLOSS Polls a confirmé cet ordre de grandeur côté administrations, en faisant apparaître un élément surprenant : plus du tiers des organismes utilisateurs d'Open Source... ne le savent pas !

La majorité des décideurs n'ont que de vagues idées, souvent fausses, sur les aspects juridiques, les modèles économiques, les opportunités d'innovation dans le monde du logiciel moderne. Au delà du cercle fermé des informaticiens initiés, beaucoup pensent encore que ces questions ne les concernent pas. C'est une erreur, car les démarches d'innovation ouverte seront une clef pour la société de l'information - et le logiciel libre en est à l'avant-garde.

Dépasser le modèle propriétaire

Les années 80 ont vu monter en puissance les éditeurs de solutions propriétaires. Grâce à un effort de R&D interne, ceux-ci créent des logiciels dont ils vendent des licences. Ce schéma est simple et compréhensible par tous.

Mais en 25 ans le monde a changé. Internet a révolutionné les usages. Des communautés mondiales se sont créées. La base de code libre de qualité professionnelle double tous les deux ans. Vu son rythme de croissance exponentiel, la logique Open Source pourrait devenir devenir la référence, et l'édition propriétaire un phénomène à la marge.

Une étude commandée par la Commission Européenne a mis en évidence fin 2006 que la contribution des entreprises européennes aux projets libres représentait un investissement de 1,2 milliard d'euros. Mais la base de codes à leur disposition, forte de centaines de milliers de projets, leur aurait coûté plus de 12 milliards si elles avaient dû la développer en interne. Par cet effet de levier, le Libre permet aux entreprises européennes d'économiser 36% de R&D dans le domaine du logiciel pour mieux investir ailleurs.

Prendre le virage du Libre

Car voilà bien l'enjeu : loin de sonner le glas du progrès informatique, le Libre renouvelle au contraire les stratégies d'innovation. Il existe une palette de modèles économiques basés sur l'Open Source, adaptés à des sociétés de toutes tailles, mais aussi de tous secteurs.

Prendre le virage du Libre peut-être une réelle opportunité. Mais l'improvisation peut se révéler catastrophique. Un mauvais choix de licence peut transformer un projet innovant en avantage... pour les concurrents ! La culture d'entreprise peut conduire les développeurs à s'isoler dans leur tour d'ivoire. Réinventant la roue, ils se coupent des innovations apportées par le Libre, mais aussi... des clients de leur employeur ! Trop décalé dans le discours, un projet libre peut effrayer les investisseurs, voire la hiérarchie...

Le RNTL réfléchissait dès 2001 à une politique pour le logiciel libre. Mais de leur côté, les conseils en propriété industrielle, les spécialistes du licensing, les incubateurs, les investisseurs restent formatés par une conception datée de l'innovation, basée sur la protection du code et sa valorisation propriétaire. Il en va autrement outre Atlantique, où 400 millions de dollars sont injectés chaque année dans des start-ups du Libre. Au point que certains parlent déjà de bulle.

La formation pour ne pas rater le coche...

Dans l'entreprise, les formations managériales au logiciel libre permettent aux décideurs de comprendre le fonctionnement des communautés du Libre, de prendre la mesure de leur impact sociétal et économique, et d'en tirer parti pour formuler une stratégie. L'expérience accumulée depuis une quinzaine d'années par les pionniers du domaine, et les travaux de recherche réalisés sur cette base, fournissent autant d'enseignements pour les pragmatiques. En point de mire, le principe de l'innovation ouverte peut être transposé à de nombreux secteurs industriels.

L'Europe met en place des collaborations internationales pour transmettre les bonnes pratiques du Libre aux entreprises de pays émergents. Le programme FOSS-Bridge a par exemple proposé des ateliers de formation aux PME vietnamiennes.

Aujourd'hui la France, dans le peloton de tête des pays contributeurs au logiciel Libre, est aussi l'un de ceux qui lui paient le plus lourd tribut en termes de fuites des cerveaux. L'innovation ouverte révolutionne l'économie de l'immatériel au niveau mondial. Il serait regrettable que la masse des sociétés françaises tarde à en tirer parti.

Autour du même sujet