Le consultant qualification : un nouveau métier !

Le test permet de limiter les impacts d'un dysfonctionnement du système d'information. Il donne naissance à un nouveau métier à la croisée des processus métier et des processus de fabrication et de gouvernance.

Sur un marché en croissance, une réelle opportunité pour les jeunes ingénieurs.
La complexité croissante des technologies de l’information, alliée à l’échange et au traitement de données de plus en plus sensibles, fait du système d’information d’une entreprise l’un de ses actifs les plus critiques. Véritable soutien à ses activités, celui-ci peut, en cas de dysfonctionnement, compromettre la gestion de l’entreprise, dégrader la relation avec ses clients et détériorer son image.

Le test permet de limiter ces impacts. Aujourd’hui, les entreprises s’organisent pour faire du test une filière à part entière. Un nouveau métier est né : le Consultant Qualification, qui donne enfin ses lettres de noblesse aux "ex testeurs". Que recouvre ce nouveau métier qui se situe à la croisée des processus métier et des processus de fabrication et de gouvernance ?

Selon Arnold Aumasson, Senior Consultant pour PAC France, "la démarche de test est de plus en plus indépendante du processus de développement d'applications et le marché est en complète structuration. Il y a quelques années, le test était la variable d'ajustement du développement. Mais avec la criticité croissante des systèmes d'information, la donne a changé."

 

Le métier de testeur, apparu dans les années 90, a évolué au cours du temps en parallèle avec l'évolution des NTIC. Aujourd'hui, les métiers dédiés au monde du test commencent à apparaître, grâce à la prise de conscience de la complexité et de la criticité des SI. Ce "nouveau" métier, consultant qualification, repose sur quatre composantes essentielles, qui s'appuient sur de bonnes pratiques et sur la rationalisation des processus.

 

La composante "Processus"

Idéalement placée au cœur du projet SI, l'activité de qualification (tests d'intégration, recette fonctionnelle, validation métier...) permet d'acquérir rapidement une bonne compréhension du cycle de vie d'un système d'information et une bonne connaissance de son processus de fabrication. Héritière des principes de qualité et des exigences des systèmes techniques, la qualification des SI s'appuie aujourd'hui sur des processus et des bonnes pratiques reconnues. Elle nécessite l'assimilation d'un savoir spécifique, de méthodes et d'outils dédiés.

 

La composante "Fonctionnel"

Établir une stratégie de test, valider des livrables, tester une application, c'est se mettre à la place de l'utilisateur, c'est entrer dans le métier du client, se l'approprier. Un consultant qualification va rapidement devenir, au sein d'un projet, le détenteur d'un savoir fonctionnel reconnu, valorisé et valorisant. Dans des secteurs pointus à forte valeur ajoutée métier, comme la finance de marché, l'assurance ou les télécoms, c'est une voie idéale pour acquérir rapidement une forte compétence fonctionnelle.

 

La composante "Communication"

Située au carrefour de différentes disciplines, la qualification d'un système d'information est une activité complexe, dans laquelle il est indispensable de dialoguer en permanence avec tous les acteurs du projet. En amont avec les utilisateurs et concepteurs afin d'affiner la perception du métier, pendant les campagnes, avec les équipes de développement afin de gérer au mieux les anomalies, et en aval, avec les équipes de production et de déploiement, voire de formation et de support. Enfin l'activité de qualification devrait être assortie d'un reporting irréprochable.

 

La composante "Technique"

Outre une bonne culture générale des technologies de l'information, la qualification demande une vraie curiosité technique et une forte aptitude à assimiler de nouveaux environnements afin de s'approprier pleinement l'applicatif à valider. D'autre part, l'activité de recette est une activité outillée, qui implique la maîtrise de technologies standards (bureautique, bases de données, langages de script) et de logiciels spécialisés (gestion du référentiel, des campagnes, des anomalies ou automates de tests).

 

Bien loin de l'image d'Epinal du testeur exécutant ses tests de façon répétitive, le métier de consultant qualification tel que nous le concevons constitue une activité à forte valeur ajouté, complète et équilibrée, parfaitement adaptée à qui souhaite faire carrière dans les systèmes d'information.

 

Après une période d'intégration des fondamentaux théoriques et pratiques (un mois) qui permet d'assimiler les processus de qualification, d'appréhender les principaux référentiels (CMMI, ITIL, TPI) et de pratiquer les principaux outils, les "aspirants" consultants en qualification se voient confier leur première mission sous la responsabilité opérationnelle d'un chef de projet.

Au fil des missions, la compétence du consultant se renforce tant sur les aspects techniques que fonctionnels, et sur le métier de la recette ; il peut intervenir à terme sur des missions de conseil en SI et en amélioration de processus ; il peut acquérir également des compétences managériales et se voir confier la responsabilité d'un projet de qualification.

 

Selon PAC, le marché du test va croître de 10% par an jusqu'en 2012, et le test applicatif est devenu une filière à part entière. Ce marché, qui englobe l'ensemble de la sous-traitance autour du testing et de la qualification du système d'information, est une véritable opportunité de carrière pour les jeunes informaticiens.

Autour du même sujet