L’infrastructure informatique, organe vital de l’entreprise

Le rapport à l’application, au serveur, au stockage et au réseau a beaucoup évolué ces dernières années. Il se concentre désormais sur les moyens d’en rationaliser la gestion pour mieux soutenir la croissance des entreprises. Au cœur de cette évolution : l’infrastructure informatique, centre névralgique de l’entreprise et véritable muscle de l’activité.

C'est qu'améliorer les performances d'un site Web trop lent ou réagir aux plaintes des utilisateurs face à des applications peu performantes ne suffisent plus. Pour rester compétitive, une entreprise doit saisir les opportunités qui permettront à son infrastructure informatique de rester « agile ». En d'autres termes, la compétitivité d'une entreprise se mesure à son agilité - « IT agility ». Il s'agit d'un défi de tous les instants, alors que les obstacles sont nombreux et parfois imprévisibles.

Dans une architecture informatique classique, l'allocation trop stricte des ressources aboutit à une infrastructure sclérosée, peu réactive. Dans le cas d'une évolution imprévue des besoins, il faut alors procéder à des interventions manuelles souvent laborieuses et appliquer des correctifs au cas par cas. Il est pourtant possible de s'y prendre autrement... et mieux, via la mise en œuvre de points stratégiques de contrôle au niveau de l'infrastructure dans son ensemble, permettant d'ajouter, de supprimer ou de redéfinir des services à la demande.

Le principe consiste à faire évoluer l'infrastructure pour l'aligner avec l'évolution des besoins liés à l'activité - sans pour autant négliger ceux de l'entreprise -, et à piloter la croissance de l'activité en privilégiant à l'implémentation de solutions ponctuelles et coûteuses, une vision de l'infrastructure souple et basée sur le long terme.

Les solutions traditionnelles sont obsolètes


Une entreprise s'appuie sur son personnel, sur les applications qu'il utilise et sur les données qui constituent son expertise. Dans ce contexte, le rôle de l'informatique est de permettre l'interaction de ces trois composantes de façon rapide, libre et continue. C'est là une condition essentielle au bon fonctionnement de l'activité.

Une application de e-commerce trop sollicitée ne permettant pas aux consommateurs de poursuivre une opération en cours ou une bande passante insuffisante empêchant la sauvegarde de fichiers sont autant d'obstacles entre les personnes, les applications et les données. Ce sont là des contraintes majeures pour l'activité.

Traditionnellement, la réponse à ce genre de problèmes consiste à installer de nouveaux serveurs, à augmenter la capacité de stockage et à ajouter de la bande passante. Au mieux, cette approche allège les difficultés. Mais le plus souvent, cet allègement n'est que provisoire et on finit par obtenir l'effet inverse du résultat escompté : les coûts opérationnels augmentent. Au pire, l'ajout à une infrastructure statique d'équipements identiques à ceux en place peut créer plus de goulets d'étranglement qu'il n'en supprime.

« L'IT agility » consiste à créer une infrastructure capable de s'adapter en toute transparence et en toutes circonstances à l'évolution de l'activité. Cet objectif passe nécessairement par le remplacement des connexions statiques au sein de l'infrastructure par des interactions plus dynamiques et plus intelligentes. Cette approche se traduit par la virtualisation des interactions entre chaque élément de l'infrastructure - depuis les appareils clients jusqu'aux serveurs d'applications, en passant par le stockage des données -, créant des points de contrôle stratégique à tous les niveaux de l'infrastructure où transite l'information. Ce mode de contrôle permet d'accroître la capacité de l'infrastructure, de développer de nouveaux services, de déplacer des ressources et d'optimiser les performances, la sécurité et la fiabilité, tout en limitant les dépenses et l'impact des changements sur l'activité.

Bâtir une infrastructure réactive : 6 éléments à prendre en compte

Pour assurer la réactivité de son infrastructure et la pertinence du choix des solutions qui devront accompagner aussi durablement qu'efficacement sa croissance, une entreprise doit prendre en compte divers éléments :

1 - La performance des applications
 : lorsque les applications ne fonctionnent pas comme elles le devraient, les internautes ne peuvent pas effectuer d'opérations et les services dépendent du temps de réponse du système, au détriment de la productivité et de la qualité. Il importe de mettre en place une solution adressant les problèmes de performance en tout point du processus applicatif pour assurer en permanence une utilisation optimale.

2 - L'évolutivité de l'infrastructure
 : le développement de l'activité et la mise en place de nouveaux produits et services sont autant de facteurs qui mettent l'infrastructure informatique à rude épreuve. Pour passer ces caps avec succès, les entreprises doivent pouvoir réagir aux changements sans surcharger l'infrastructure ou impacter les performances.

3 - La continuité de l'activité
 : tout arrêt du système peut coûter très cher. Une panne de serveurs implique l'interruption des services Internet des fournisseurs d'accès, l'indisponibilité du data center et impacte très sérieusement l'activité.

4 - La sécurité
 : la protection des applications et des données est vitale. Chacune des innombrables menaces actuelles (fuites de données confidentielles, attaques, infractions réglementaires, etc.) peut avoir de graves conséquences. Les applications Web, pilier de l'activité, représentent un terrain privilégié pour de nombreuses attaques extrêmement sophistiquées.

5 - L'uniformisation des accès
 : les employés d'une entreprise comme ses clients accèdent de plus en plus aux applications et aux données selon des modes d'accès mobiles ou distants. Fournir aux utilisateurs un accès uniformisé et direct peut s'avérer difficile, surtout si l'on veut appliquer des règles de sécurité distinctes pour un grand nombre d'utilisateurs et d'applications.

6 - La capacité de stockage
 : le volume de données que les entreprises ont besoin de conserver est en croissance constante, sollicitant de plus en plus de ressources. L'extension de la capacité de stockage coûte cher ; elle complexifie l'architecture et augmente la charge de travail des équipes en charge de l'informatique. La migration de fichiers depuis un emplacement de stockage vers un autre peut s'avérer gênante pour ceux qui veulent y accéder par la suite.

Autour du même sujet