Adobe Indesign en 2020 à l'heure de la communication liquide ?

Adobe Indesign fête ses 10 ans. L'heure de faire le bilan du marché des logiciels de PAO, mais aussi de s'interroger sur l'avenir de ce secteur. Tiraillés entre une crise des métiers de la communication et des médias et la révolution annoncée du cross-media, comment les géants du logiciels Adobe et Quark vont-ils réagir ?

Ce mois-ci, Adobe fête les 10 ans de son logiciel de PAO : Indesign. Et il faut reconnaître qu'en une décennie, Adobe a réussi un véritable tour de force. Celui de concevoir un logiciel innovant et performant. Celui de s'imposer sur un marché dominé à l'époque par un Quark Xpress omniprésent. Et enfin, celui de conquérir le cœur de milliers d'infographistes à travers le monde.

Contrairement à ce que certains affirment à longueur de forums, Quark Xpress n'est pas mort. Mais Quark a tellement subi la déferlante "Indesign" qu'il a été obligé de remettre en cause son modèle d'entreprise en se focalisant sur le collaboratif, et de renouer avec la créativité et l'inventivité. Comme quoi la concurrence a du bon.

Quand Indesign est né en 2000, le PDF peinait encore à s'imposer comme un format d'imprimerie normalisé. La photographie numérique se propageait timidement, et les mondes du "print" et du "web" étaient encore très divergents, pour ne pas dire opposés.

Nous vivons aujourd'hui une convergence majeure

A l'image de ce qui commence à se produire dans les salles de rédaction des grands quotidiens, la frontière entre le papier et les autres canaux de diffusion tend à disparaître. Et sans crier au miracle, on peut raisonnablement penser que l'arrivée des tablettes tactiles telles que l'iPad va accélérer cette fusion des canaux. Et ce qui se produit aujourd'hui dans les salles de rédaction "contaminera" demain les entreprises et les spécialistes de la communication.

Le cross-media - puisque c'est de cela dont il s'agit - va devenir une nouvelle norme : il portera peut-être un autre nom, mais le concept se vérifiera dans les mois et les années qui viennent. Les entreprises envisageront désormais leur communication dans son ensemble, en adressant simultanément tous les canaux de diffusion dont elles disposeront.

Ce changement va impacter inéluctablement les professionnels du graphisme : fini le temps du graphiste print, du webdesigner et du "motion" designer qui cohabitaient. Les graphistes de demain devront être de véritables femmes/hommes - orchestres, capables de concevoir des supports versatiles, malléables et déclinables à l'infini.

Bientôt à l'heure de la communication "liquide" ?

Pour décliner la thématique de communication "liquide" inventée par le blogueur Benoît Raphael, on peut envisager que la communication au sens large va devenir un fluide en mouvement qui s'adaptera naturellement aux différents réceptacles, et qui "coulera" d'un canal à un autre. Les sites de vidéos sur Internet regorgent de démonstrations de magazines virtuels sur iPad qui illustrent parfaitement ce concept.

Le graphiste "homme-orchestre" ne pourra plus se contenter de combiner une dizaine de logiciels différents pour adresser chaque canal au mieux de ses capacités. Sans jouer aux cartomanciennes, on peut aisément imaginer que les logiciels de PAO tels qu'Indesign vont progressivement incorporer une dimension "média animé" de plus en plus forte. En ce moment, on voit d'ailleurs Quark communiquer intensivement sur les capacités "Flash" de son logiciel Quark Xpress.

Les logiciels de PAO vont donc devenir de véritables studio de création multimédia, ouverts vers tous les canaux et orientés vers le travail collaboratif.
Ce n'est pas une prophétie, juste une intuition. La question qui reste en suspens, c'est le choix du modèle : Adobe et Quark vont-ils continuer à distribuer leurs logiciels sous leur forme actuelle, ou vont-ils opter pour des formes plus souples, à l'image du SaaS, de Google Doc ou Photoshop.com ?

Car ce qui est certain, c'est que les plates-formes collaboratives Web capables de générer des contenus cross-media occupent déjà le terrain, à des prix et dans des formules très attractives. Et on peut légitimement s'interroger sur l'attitude d'une société comme Apple, qui fabrique déjà les terminaux iPhone et iPad et qui édite des logiciels de mise en page et d'animation. Et qui dispose de surcroit de la puissance de feu nécessaire pour chambouler n'importe quel marché.

Le monde des logiciels de PAO s'adapte depuis 25 ans à l'univers des médias et de la communication. Cette décennie pourrait bien annoncer une véritable révolution dans ces deux secteurs. Rendez-vous en avril 2020 !

Autour du même sujet