L'entreprise est numérique ou ne sera plus ! C'est une question de survie.

En moins de 20 ans, les systèmes d'information (SI) ont révolutionné l'entreprise et son environnement. Ils serviront à relever les défis du XXIe siècle à condition de cerner et maîtriser les briques qui le compose, et de considérer le SI comme un des leviers de la performance du management de l'entreprise.

Le monde incontournable du numérique, pour en tirer de la valeur
En faisant abstraction de la Pascaline née en 1642, la préhistoire de l’économie numérique a à peine plus d’une quarantaine d’années. Mais que regroupe donc précisément ce fameux « numérique » ? Au-delà de sa seule opposition à l’analogique, il fait parti du capital immatériel de l’entreprise.

Il a profondément modifié de nombreux secteurs économiques secondaires et tertiaires (commerce, transports et communications, activités financières, administration publique, éducation, santé et action sociale...). Plus globalement, il devient le point de rencontre de nombreux domaines (sciences sociales et évolution des comportements, sciences physiques et futures technologies, sciences économiques, sciences politiques…) apportant toujours plus de valeur ajoutée et de performance.

Le numérique englobe de nombreuses notions complémentaires : Information , Informatique, Système d’information (SI), Technologies de l’information et de la communication (TIC), Multimédia.

Les secteurs d’application du numérique sont sans limite. La puissance numérique est un outil de la compétition mondiale à tous les niveaux et un facteur fort de différenciation en matière de compétitivité. Ses impacts se font ressentir à différents niveaux : les militaires et les scientifiques, les États et les services publics, les entreprises et le grand public. 

Le numérique ouvre de nouveaux horizons aux différentes catégories d’acteurs. Nombreux sont ceux à en tirer profit : les fabricants et les constructeurs de matériels (postes de travail, équipements de mobilité, équipements réseau, serveurs, périphériques, moyens de stockage, moyens d’impression…), les éditeurs (logiciels, progiciels…), les pure players, les sociétés de services et d’ingénierie informatique (SSII) ou les sociétés de services en logiciels libres (SSLL), les intégrat, à condition d'en maîtriser les briqueàeurs, les communautés…

Les briques du numérique, pour construire un SI maîtrisable
Pour maîtriser l’édifice, mieux vaut s’appuyer sur les briques qui le composent.
Les briques du SI sont de différentes natures :
* L’infrastructure physique
* L’infrastructure matérielle
* L’infrastructure réseau
* Les briques d’infrastructure applicative sont, quant à elles, de trois natures : le système d’exploitation, le serveur d’applications, le système de gestion de bases de données
* Les briques applicatives (ou applications) de différentes catégories : les applications horizontales, les applications verticales encore appelées « applications métier » et les applications dédiées au net .
* Le poste client

Le numérique , levier de développement pour contribuer à l’agilité de l’entreprise
Nous venons de le voir, l’entreprise est une des catégories d’acteurs à tirer un profit du numérique. Les technologies de l’information et de la communication font partie des infrastructures de l’entreprise. Le numérique n’est donc pas un état dans l’état, ni un îlot isolé ou un sous-ensemble de telle direction financière. C’est un moyen, un levier de développement de l’entreprise comme les autres (commercial, production, social, finance…), au service de la stratégie de l’entreprise (alignement stratégique). À la différence des autres leviers, il est très transverse et représente ainsi un booster des activités opérationnelles et de support, leur permettant d’être plus agiles, plus rapides et plus performantes… à condition, cependant, d’être correctement maîtrisé. Cette maîtrise s’appuie, comme pour tout sous-système de l’entreprise, sur un capital humain indispensable, des processus adaptés et des moyens pertinents.
Comme toujours, le capital humain joue un rôle majeur, et c’est plus ce capital humain que la technique pure ou les processus qui vont faire gagner l’entreprise en agilité. Plusieurs acteurs sont concernés par le système d’information : le client payeur (dirigeant de l’entreprise, maître d’ouvrage, fixe les objectifs, le budget, les délais, les performances), l’équipe SI (maître d’œuvre de la définition, de la conception, de la mise en œuvre et du maintien en conditions opérationnelles du SI), les sponsors (non directement concernés par le SI, mais apportant un soutien), les services support (partenaires sur des aspects annexes comme la communication, le marketing, les achats, le contrôle de gestion), les clients utilisateurs, les fournisseurs de matériel ou de logiciel ou autres prestataires (intégrateurs, société de services...).
Concernant l’équipe SI, aussi compétente puisse-t-elle être, il est difficile d’avoir la réponse pertinente à l’ensemble des situations, de connaître toutes les technologies, méthodes et techniques, de posséder l'ensemble des expertises métier, de maîtriser toutes formes d'architectures, de produits, de contraintes et de spécificités locales et d’assurer la cohérence de l’ensemble. Pour y parvenir, cette équipe va plutôt s’efforcer de jouer un rôle essentiel de coordination des parties prenantes internes à l’entreprise comme externes, en privilégiant la dimension de chef d’orchestre....

Pour en savoir plus : Ouvrage "Solutions pour... Développer l'entreprise numérique", Vincent Iacolare (Afnor Editions, 2010, ISBN : 978-2-12-465269-3)

Autour du même sujet