Logiciels libres vs Logiciels ouverts, sachez faire la différence !

Les organisations publiques et les entreprises ont compris l’intérêt des outils libres. Néanmoins, il persiste une confusion importante entre les termes « libre » et « ouvert » qui induisent souvent les décideurs en erreur. Certains produits d’ailleurs profitent de cette ambiguïté qui joue en leur faveur.

Les logiciels libres et les logiciels ouverts ont certains objectifs communs, mais ces deux concepts sont tout de même bien différents: schématiquement, le logiciel libre concerne l’accès et l’utilisation du code source alors que les standards ouverts traitent de l’échange d’information.

Qu’est-ce qu’un logiciel OUVERT ?
Un logiciel ouvert signifie un logiciel utilisant des standards ou formats ouverts. La définition légale en France d’un standard ou format « ouvert » est la suivante : « un logiciel ouvert offre des formats de données interopérables et dont les spécifications techniques sont publiques et sans restriction d’accès ni de mise en œuvre » par opposition à un format fermé ou propriétaire.
Les formats ouverts sont intéressants pour leur interopérabilité. Mais attention, un logiciel ouvert ne signifie pas qu’il est libre. Il apporte des garanties différentes pour l’entreprise. C’est à ce niveau que se crée la confusion.

Qu’est-ce qu’un logiciel LIBRE ?
Selon la Free Software Foundation, un logiciel est considéré comme libre si sa licence garantit à l’utilisateur les 4 libertés suivantes:
1.    accéder au code source,
2.    étudier le fonctionnement du programme et l’adapter,
3.    redistribuer des copies,
4.    améliorer le programme et publier les améliorations pour en faire profiter toute la communauté.

L’accès au code-source seul, ne suffit pas pour qu’un logiciel puisse être dit « libre ».
Logiciel libre ne signifie pas gratuit. Un logiciel libre n’est pas un freeware ou shareware.

La licence GNU General Public License (GPL) concrétise ces quatre libertés sous la forme d’une licence juridique.

Les avantages d’un logiciel LIBRE pour l’ENTREPRISE?
Au-delà des considérations philosophique ou juridique, le logiciel libre apporte plusieurs garanties pour l’entreprise, qu’aucun autre logiciel ne peut apporter:
-    Utiliser librement le logiciel pour une évaluation ou un usage en production
-    Apporter des modifications au logiciel,  l’adapter aux besoins et processus de l’entreprise en accédant au code source
-    Profiter plus rapidement d’innovations : parce qu'un logiciel libre dévoile et permet la modification du code, les contributeurs peuvent participer à son amélioration et à son développement.
-    Conserver le logiciel, en cas d’arrêt de contrat par exemple, sans aucune limitation technique ou de temps. Ceci confère au logiciel libre une garantie d’indépendance sur le long terme qu’aucun autre logiciel ne peut apporter.

Ce dernier point fait une vraie différence avec un logiciel ouvert qui ne peut garantir cela, ce qui réduit l’indépendance de l’entreprise vis-à-vis de l’éditeur.

Et l’open-source dans tout ça ?
Les désignations Free Software  (logiciel libre en français) et Open Source sont deux désignations concurrentes pour un type de licence de logiciel assez proches. Dans les usages, le terme Logiciel libre tient à insister sur la finalité philosophique et politique de la licence. La désignation Open Source fournit une approche plus pragmatique des avantages du logiciel libre afin de n'en conserver que les avantages sur le plan de l'ingénierie.

Retenons qu’un logiciel ouvert offre des caractéristiques intéressantes mais il n’apporte pas les garanties de liberté et d’indépendance comme le fait un logiciel libre (ou open-source).

Autour du même sujet