Comment aligner son SI ? Le modèle d’Henderson et Venkatraman de l’alignement stratégique

Aligner son système d’information par rapport à ses objectifs et sa stratégie, tel est le défi des entreprises. Le modèle d’Henderson et Venkatraman propose 4 formes distinctes d’alignement stratégique du SI.

L’alignement stratégique est le pilier majeur parmi les 5 piliers de la gouvernance des systèmes d’information.  En effet, ces piliers comprennent, autre l’alignement stratégique, la création de la valeur, la gestion des ressources, la gestion des risques et la mesure de la performance.
Aligner son système d’information par rapport à ses objectifs et sa stratégie, tel est le défi incontournable des entreprises aujourd’hui. Les dépenses colossales[1] dans les départements IT risquent de partir en fumée en l’absence d’une adéquation claire et efficiente entre les orientations stratégiques générales et les objectifs prononcés de l’entreprise d’une part et la stratégie de la Direction du Système d’Information (DSI) d’autre part. La DSI est idéalement tenue de mobiliser pleinement ses ressources afin d’apporter sa pierre à la réussite de la mise en œuvre de la stratégie globale.

La stratégie spécifique de la DSI découle alors de la stratégie d’ensemble.  Elle est même sa déclinaison à ce niveau. Dans le cadre de sa collaboration, elle est tenue de réaliser nombre d’objectifs pour les différentes autres directions métiers avec lesquelles elle s’entend sur la définition des services à fournir[2].

En revanche, le mode de cet alignement stratégique diffère d’une entreprise à l’autre. Selon le secteur d’activité, la maturité de l’entreprise, le niveau de la concurrence à laquelle elle est confrontée, etc.… L’alignement stratégique des systèmes d’information peut prendre diverses formes.

Le modèle d’Henderson et Venkatraman[3] qu’on va découvrir içi propose 4 formes distinctes d’alignement stratégique des systèmes d’information.

MODE 1 : Exécution opérationnelle de la stratégie

Dans ce premier mode, la direction générale et les directions métiers sont à l’origine de la stratégie. Une stratégie dictée pour assurer l’exécution opérationnelle des activités suivant des règles de gestion prédéfinies et persistantes. La DSI s’adapte alors dans ce cas littéralement aux processus existants et sa tâche se résume à essayer de satisfaire, notamment, des besoins de disponibilité, rapidité, coûts et délais. Ce type d’alignement se fait généralement dans le cas d’une entreprise qui a acquis une maturité relativement importante et dans laquelle la DSI n’intervient pas ou que peu dans la définition de son mode d’organisation.

Mode 2 : les SI comme vecteur de la transformation technologique

Dans ce mode, la direction générale définit une nouvelle stratégie qui va déclencher une redéfinition de la stratégie de la DSI. Autrement dit, la DSI est appelée à concrétiser une innovation exprimée par la direction générale. Une fois la stratégie de la DSI redéfinie, il faut penser aux infrastructures et aux processus technologiques nécessaires à sa mise en place. La DSI est évaluée dans ce cas par sa capacité de fournir une innovation technologique adaptée au besoin et  les délais de réalisation. Enfin, la DSI est un facteur primordial de différenciation dans ce genre de stratégies.

Mode 3 : les SI à l’origine de la stratégie et source d’avantage concurrentiel

Ce mode d’alignement est un mode qui règne dans des secteurs dominés par la technologie comme le secteur des télécommunications, l’industrie automobile, etc… . En effet, la stratégie de la DSI est dans ce cas le fait initiateur de la stratégie globale de l’entreprise. La DSI adopte des innovations technologiques majeures  en vue d’offrir à l’entreprise un avantage concurrentiel. La stratégie d’entreprise et les processus métiers n’existent pas à priori mais découlent des opportunités technologiques. La DSI est alors tenue de traduire les nouvelles tendances technologiques en stratégie d’offres de produits et service.

Mode 4 : les SI comme prestataire de services opérationnels

Dans ce mode, l’accent est mis sur la relation de la DSI vis-à-vis des directions métiers. La DSI élabore une stratégie d’organisation des infrastructures et processus dans le but de fournir un excellent niveau de service. Les processus de l’entreprise sont alors remis en question pour optimiser les performances (qualité de service, satisfaction des utilisateurs, etc…). On rencontre ce mode souvent dans les entreprises qui voient leur rythme d’évolution des activités s’élever.

Enfin, il est à noter qu’une même entreprise peut être amenée à suivre différents modes d’alignement en fonction de l’activité et du positionnement souhaité.

---------------
[1]
« Les départements IT consomment entre 70% et 80% de leur budget rien que pour maintenir le système en marche ». « The trouble With Entreprise Software », article de Cynthia Retting: director of knowledge management for B2B consulting company Canopy International of Newton, Massachusetts.
[2]
 La notion du SLA (Service Level Agreement) de ITIL, les conventions du niveau de service entre les directions métiers et la DSI.
[3]
 Marie-Hélène Delmond, Yves Petit, Jean-Michel Gautier , « Management des systèmes d’information »,  Éditions Dunod 2008.

Autour du même sujet