La performance en entreprise se nourrit de vidéo collaboration

Notre manière de communiquer évolue…. Et plus les outils et médias qui s’offrent à nous pour communiquer se développent, plus nous communiquons.

Tel un besoin insatiable de partager : nos avis (Tripadvisor), nos coups de gueules (Twitter), nos visites (Foursquare), nos calendriers (Doodle), nos achats (Kelkoo), nos photos (FlickR, Instagram, Facebook), nos passions (Pinterest), nos vidéos préférées (Youtube, Dailymotion, Vimeo), nos contacts (Plaxo, LinkedIn, Viadéo…), nos musiques (Deezer, Spotify), nos créations (Soundcloud), nos Powerpoint (Slideshare), nos performances sportives (Runtastic)... nous communiquons de plus en plus et sous de multiples formes !
Dans cette profusion de contenus, la quantité ne doit pourtant pas s’obtenir au détriment de la qualité, particulièrement en environnement professionnel où l’exercice de synthèse est nécessaire et apprécié. La pléthore d’informations est de toute façon conditionnée par le temps, une ressource rare par nature; si rare que peut-être dans un futur proche rechercherons-nous nous-même notre quart d’heure d’intimité, là où certains recherchent encore leur quart d’heure de célébrité.
Au-delà du ‘communiquer plus’, il va donc aussi nous falloir ‘communiquer mieux’ : des visioconférences plus efficaces et plus courtes, et des échanges téléphoniques où le contenu ne se limite plus au verbal, bref… une communication où la forme se met enfin au service du fond.
Notre manière de communiquer évolue aussi en tous lieux et en toutes situations : la mobilité, intégrant l’ensemble de ces moyens de communications grâce à la puissance des réseaux opérateurs et des nouveaux « devices » (terminal ou objet connecté à un système de communication)  comme les smartphones ou les tablettes, a préparé le terrain d’une nouvelle révolution. Celle de la vidéo communication mobile. Au travers d’un terminal HD, d’une application pour PC, d’un smartphone, d’une tablette ou même d’une télévision, la vidéo devient un média de communication à part entière, qui va compléter et/ou remplacer la voix et l’écrit.
Un média démocratisé, libéré des salles de réunions, bénéficiant de la qualité HD, et d’une technologie de haute restitution audio.
Un média en phase avec les nouveaux usages, les nouvelles attentes. Un média qui ne changera pas seulement le poste de travail mais qui le réinventera.
On mesure d’ailleurs une attitude positive des entreprises vis-à-vis de la vidéo. Signe que la vidéo est bien une application de productivité d’entreprise, c’est la Direction Générale qui s’avère être le principal moteur dans ces projets ; même si elle n’est pas encore totalement convaincue, sa perception du bénéfice économique n’en est pas moins très forte. Ce sont pourtant au final presque tous les départements de l’entreprise qui se sentent concernés par ce type d’application et s’accordent sur l’intérêt du média vidéo en entreprise.
La vidéo n’est donc plus une application marginale dans les entreprises européennes, trop souvent limitée à quelques services de visioconférence dans le cadre de projets visant à réduire les coûts de déplacement des cadres. A noter qu’une majorité des entreprises estiment être en projet de réflexion par rapport aux gains de productivité de la vidéo ou en phase de réflexion quant à sa généralisation à tous les collaborateurs. Elle devient un véritable moteur pour faire évoluer les capacités de communication de l’entreprise vers une meilleure collaboration et vers une plus grande proximité avec son écosystème.
L’usage de la vidéo au sein des entreprises est donc plus que jamais une réalité, particulièrement avec la crise en trame de fond. Néanmoins il persiste un décalage entre les attentes des utilisateurs, les messages marketing des acteurs spécialisés, et la mise en œuvre réelle de telles solutions. Ce constat est aussi le même pour les solutions de communications unifiées et leur niveau d’adoption.
Au niveau des moteurs et freins à l’adoption, les facteurs importants pour la mise en œuvre d’une solution vidéo dépendent de l’économie liée à la réduction des coûts de déplacements et de l’amélioration de la productivité des collaborateurs mais aussi du coût global d’acquisition et de la complexité d’intégration.
Dans une phase où les entreprises sont de plus en plus sensibles aux démarches de développement durable et toujours à la recherche de réduction des coûts et d’optimisation des dépenses, la vidéo est en passe de devenir un média aussi important que le mail ou le téléphone. La diversification des offres ainsi que les communications poussées des différents acteurs spécialisés en sont une preuve.
Si à ses débuts, la vidéo en entreprise était cantonnée à des salles de  vidéoconférence ou de visioconférence, cette époque semble aujourd’hui révolue. L’essor de la vidéo dans l’écosystème personnel a notamment poussé les entreprises à reconsidérer cette composante dans leur stratégie.
La mise en place de la vidéo en entreprise ne doit donc plus être restreinte à une infrastructure lourde et contraignante, mais intégrée à la nature du poste de travail des collaborateurs, favorisant ainsi naturellement la vidéocommunication. La complexité d’intégration perçue par les décideurs ne freine pas leurs projets sur les solutions vidéo collaboratives, mais un accompagnement des acteurs est nécessaire.
Bien que le contexte mondial et les derniers indicateurs économiques montrent une baisse des ventes de solutions vidéo (essentiellement les équipements de salles de vidéoconférences), l’intérêt positif des entreprises européennes vis-à-vis de la communication vidéo est clairement palpable, avec une réelle volonté de l’intégrer de plus en plus sur le poste (et l’espace) de travail.
De nouveaux usages se dessinent, préparez-vous à laisser un message vidéo à vos interlocuteurs absents, un message d’accueil vidéo quand vous êtes absent ou indisponible !

Autour du même sujet